La Haute Cour de Londres crée un précédent important en matière de législation sur l'euthanasie. Elle a autorisé un mari, d'abord soupçonné d'enfreindre la législation britannique en matière de suicide, à accompagner sa femme en Suisse pour qu'elle puisse bénéficier de la mort assistée. L'autorisation a pu lui être accordée grâce à une expertise psychiatrique de sa conjointe, où elle a été jugée mentalement compétente pour prendre la décision de mourir. Cette femme est atteinte d'une maladie du cerveau incurable, qui à terme lui aurait de toute façon empêché de continuer à avaler son traitement.

En Angleterre, le suicide est punissable par un maximum de 14 ans de prison, alors que la loi suisse ne punit que ceux ayant fourni une assistance à la mort pour des motifs intéressés. C'est d'ailleurs cette nuance qui permet à des associations telles que Dignitas, qui existe depuis 1998, de pratiquer une assistance au suicide qui attire des personnes venant de pays où elle est sévèrement punie. La Suisse n'interdit très strictement que l'euthanasie involontaire, où le patient ou son répondant juridique ne se sont pas prononcés.

Ce jugement ranime le débat sur le tourisme du suicide que les Britanniques pratiquent depuis quelques années, notamment en direction de la région zurichoise. Plusieurs d'entre eux ont fait appel à l'association suisse Dignitas, dont les volontaires proposent une prise en charge et un accompagnement pour une mort dont ils s'assurent qu'elle a été librement choisie. La démarche prévoit un entretien avec le patient pour garantir que sa décision est compatible avec les limites de la législation en vigueur, et la signature de formulaires qui autorisent les volontaires de Dignitas à pratiquer l'euthanasie même en cas d'opposition.

Le débat sur l'assistance au suicide implique aussi une définition précise du rôle des proches et conjoints accompagnant la personne malade, puisque dans plusieurs cas déjà, en particulier en Angleterre, ils ont risqué d'être poursuivis pénalement pour avoir soutenu sa décision.