La fièvre de Marburg qui touche l'Angola a déjà fait 122 morts. Depuis l'apparition de l'épidémie, en octobre 2004, le nombre des cas a augmenté sans qu'on sache si cette augmentation est due à l'intensification des contrôles. Le virus de Marburg, contre lequel il n'y a ni vaccin, ni traitement, se manifeste par des diarrhées, des vomissements et une fièvre aiguë. Des hémorragies touchent l'appareil digestif et les poumons, coïncidant souvent avec des éruptions cutanées. Dans les premiers jours, les symptômes peuvent être confondus avec le paludisme ou la fièvre jaune. La maladie, qui se transmet par contact avec les fluides corporels d'un malade, a touché à ses débuts 75% d'enfants de moins de cinq ans. Mais elle se répand parmi les adultes, en particulier le personnel médical.

Proche de la fièvre dite «d'Ebola», le virus a été identifié en 1967 dans la ville allemande qui lui a donné son nom. La plus grave épidémie connue a fait 123 morts, en République démocratique du Congo, entre 1998 et 2000.