Société

Les figures du millénaire: Beatrice Portinari, l'amour de Dante

1000 - 1999Les figures du millénaire

La fillette avait 8 ans lorsque Dante Alighieri la rencontra, en 1274 lors d'une fête de famille. Lui, en avait un de plus. Ils n'étaient que des enfants mais la rencontre fut une fulgurance à en croire les écrits du Florentin. Car à partir de ce jour, Beatrice Portinari «gouverna son âme».

Ce que l'on sait d'elle, c'est surtout ce que l'on peut lire dans l'œuvre de Dante lui même. Notamment dans la Vita Nova où il raconte son illumination pour celle qui devint sa muse et surtout l'objet d'un amour indéfectible néanmoins curieux. Car de son aveu, il ne l'a vue que rarement. Lors de leur seconde et ultime rencontre, alors qu'il était âgé de 18 ans, Beatrice lui aurait fait «voir les confins de la béatitude». Dès lors sa passion pour la «gentillissima» ne cesse de croître.

Afin de garder cet amour au secret, il feint des sentiments paravents. Pour cela, il tombera en disgrâce aux yeux de la belle. Rien n'y fait pourtant, Dante transformera le sentiment amoureux qui le lie à Béatrice en quelque chose d'autre, qui n'a pas besoin de réciprocité car tout entier contenu dans cet amour autonome qui se nourrit de lui même.

Alors qu'il expérimentait cette nouvelle liberté, la belle a disparu. Elle était âgée de 24 ans. Beatrice est morte sur Terre, mais, pour l'écrivain, elle continuait de vivre, très haut dans les cieux. Dans la Divine Comédie, c'est d'ailleurs elle qui accompagne Dante lors de son pèlerinage dans l'autre monde et lui ouvre la voie du Paradis. Dante a dit d'elle «ce qui n'a jamais été dit d'aucune autre femme», il a fait d'une absente, une divinité.

Publicité