Ni des tortues, ni des fourmis. Comme les unes, elles semblent avoir une maison sur le dos et, comme les autres, elles portent des poids démesurés. Après avoir coupé, étendu, tourné et retourné le foin des hautes prairies, elles le descendent, bien ficelé et en équilibre sur la tête et les épaules, jusqu'aux granges d'en bas. A demi aveugles, elles s'aident d'un long bâton qui leur sert d'appui et de gouvernail pour slalomer dans le lit du sentier caillouteux des hauts de Savièse.

Qui voit encore, en se promenant dans les mayens, les traces laissées par les milliers de souliers cloutés qui ont usé les pierres et creusé des rigoles, là où l'eau ne coule pas? Assurément, déjà à l'époque, les hôtes de passage ignorent volontiers les aspects difficiles de la vie à la montagne. On le constate dans les documents filmés, récoltés par des cinémathèques européennes qui se préoccupent de la sauvegarde des films d'amateurs. On y voit plus de citadins que de campagnards, de touristes que de travailleurs, de champs de neige que de pommes de terre.

Organisées en collaboration avec Memoriav, les Rencontres européennes Inédits présentent, à la Médiathèque Valais – Martigny, des films d'amateurs que le public peut découvrir les 5 et 6 novembre à 18 h 30.