service

La fin du pourboire au restaurant? Les citoyens de Washington votent

Alors que certains serveurs américains sont encore payés 3,33 dollars de l'heure, un vote est organisé ce mardi dans la capitale américaine pour fixer une rémunération minimum de 15 dollars. Certains craignent une baisse des pourboires

La fin d’un repas dans un restaurant aux Etats-Unis ne consiste pas simplement à sortir sa carte bancaire. Il faut auparavant calculer le pourboire, dont le montant est laissé au libre choix du client mais est attendu entre 15% et 20% du total de l’addition. Un exercice qui sera peut-être aboli ce mardi dans la ville Washington.

Un vote y est organisé sur un salaire horaire minimum pour les personnes rémunérées au pourboire. Le Minimum Wage Amendment Act – ou Initiative 77, comme la mesure est aussi appelée – divise tout particulièrement le secteur de la restauration, employés comme propriétaires.

Lire aussiGenève teste l’«Huberisation» des restaurants

Lutter contre le détournement de revenus

Pour l’heure, les employeurs de personnes rémunérées au pourboire sont exemptés du paiement du salaire minimum légal, soit 12,50 dollars par heure. Certains serveurs et serveuses ne sont même payés que 3,33 dollars de l’heure. Si les pourboires ne permettent pas d’atteindre le seuil légal, l’employeur est alors tenu de faire le complément.

Mais, souligne Christopher Maggiano, entrepreneur à Washington et ancien serveur qui soutient l’Initiative 77, «c’est très difficile à faire appliquer» et il y a un taux élevé de non respect de cette clause. La mesure soumise au vote mardi vise à étendre à tous les travailleurs de la restauration, recevant pourboires ou non, un minimum de 15 dollars de l’heure au plus tard en 2025.

Pour la campagne «One Fair Wage», dont les défenseurs se sont mobilisés en distribuant des tracts, ce minimum obligatoire doit permettre de lutter contre le détournement de revenus, contre la discrimination envers les employés sans contact avec les clients et contre le harcèlement sexuel. 

Bernie Sanders, candidat à la primaire démocrate de 2016, s'est notamment prononcé en faveur du texte:

Certains serveurs attendent une baisse de leur revenu

Les détracteurs du texte, qui craignent pour la pratique du pourboire, très ancrée dans la culture américaine, ont lancé la campagne Save Our Tips (Sauvez nos pourboires). Ils ont placardé pléthore d'affiches sur les devantures de restaurants et bars, et distribués des prospectus tous azimuts.

De nombreux employés rémunérés au pourboire sont opposés à ce texte car ils gagnent actuellement davantage que ce minimum proposé et craignent qu’il n’entraîne une baisse drastique des pourboires, et donc de leurs revenus. D’autre part, selon eux, les prix sur les menus devraient augmenter pour incorporer ce surcroît de dépense du côté employeur et les clients devraient être moins généreux envers leur serveur face à une addition plus salée. Pénalisant ceux-là même que la mesure doit aider.

Pour Natalia Ribera, barmaid dans un établissement de la bouillonnante 14th Street, décourager le versement de pourboires va à coup sûr affecter la qualité du service. «Je pense que le service est vraiment bon aux Etats-Unis en partie parce que les gens dépendent des pourboires quasiment à 100%», dit la jeune femme de 24 ans. «A l’étranger, le service n’est en général pas aussi bon».

Publicité