Selon un communiqué de l'agence d'information agricole romande, «le fromage de l'Etivaz a rendez-vous avec l'histoire!» Rien de moins. Le fromage d'alpage de l'Etivaz serait le premier produit non viticole à décrocher une appellation d'origine contrôlée (AOC). En effet, le délai d'opposition, qui courait jusqu'au 21 janvier, est expiré. Jacques Henchoz, le président de la Coopérative de l'Etivaz, tient toutefois à tempérer les ardeurs: «On ne peut rien affirmer avant mardi prochain: imaginez qu'une opposition soit partie ce vendredi pour atterrir lundi sur le bureau de l'Office fédéral de l'agriculture (OFAG)? Nous n'en savons encore rien.» Avant de fêter l'événement, la Coopérative de l'Etivaz et les 72 producteurs du Pays-d'Enhaut devront donc attendre une confirmation officielle.

Le gruyère, en revanche, devra patienter un peu plus avant de recevoir son AOC. La mise à l'enquête a suscité une quinzaine d'oppositions de part et d'autre de la Sarine, concernant la zone de production, la protection de l'appellation «gruyère», la méthode d'affinage ainsi que des questions techniques. L'OFAG devra donc discuter les points contestés avec les recourants et l'Interprofession du gruyère (producteurs de lait, fromagers et affineurs). Avant de prendre une décision provisoire, qui pourra faire l'objet de nouvelles oppositions dans un délai d'un mois. Mais si tout va bien, le gruyère pourrait être enregistré au printemps.