– Sur un bateau pour aller où?

– Je préfère la terre ferme pour rêver et partir.

– Et sur un pédalo, avec qui?

– Avec Jean-Claude Van Damme pour une intense discussion ontologico-métaphysique.

– Fermez les yeux. Si je vous dis «de l’eau», que voyez-vous?

– Un lac de montagne l’été, la plage l’hiver.

– Votre spécialité à la piscine?

– Je n’y mets jamais les pieds.

– Vos premières larmes par amour?

– Chaque fois elles sont premières.

– Votre pire costume de bain?

– Ils sont tous sublimes: hollywoodiens, olympiens, dionysiaques.

– Vous transpirez?

– N’insistez pas, je ne vous dirai pas le nom de mon déodorant.

– Votre vie: un verre à moitié vide ou à moitié plein?

– Un peu plus qu’à moitié plein! Plus j’avance, plus je suis affairé. C’est assez paradoxal pour moi qui ai écrit L’ère du vide… Etre très occupé, ce n’est pas désagréable, mais peu propice à ménager l’espace de réflexion et de distance nécessaire pour un philosophe.

– Les douches froides, à quoi ça sert?

– A se geler? A apporter sa contribution aux économies d’énergie? Je déteste les leçons de morale. Je pense qu’il est nécessaire de re­structurer les industries, d’investir dans les énergies renouvelables, mais qu’il ne faut pas accabler le consommateur.

– Votre plus grand plongeon?

– Le plus impressionnant ces derniers temps, c’est sans doute celui de la bourse! Nous assistons à une crise financière, mais pas à une crise de la civilisation de consommation. Elle traduit un besoin de jouissance, d’oubli des petits tracas que la religion et la tradition ne comblent plus. Dans quel autre domaine peut-on investir ses rêves, lorsque l’on n’est pas formé pour l’évasion? La plupart des satisfactions immédiates, à part les relations humaines, sont liées à un acte d’achat.

– Votre record de ricochets?

– Je m’entraîne chaque jour avec méthode et discipline.

– Une saison en eaux troubles…

– Jamais troubles, plutôt troublées… Les pires moments pour moi, c’est lorsque je termine un livre et que je n’ai pas encore de projet pour le suivant, quand je ne trouve pas un sujet qui m’excite.

– Un mot avec un e dans l’o?

– L’œil était dans la tombe et regardait Caïn.

– Quel goût a l’eau bénite?

– Dieu seul le sait.

– La seule musique qui soit plus belle que celle des vagues?

– Celle d’une femme qui aime, vibre et désire.

– Sticks de poisson ou caviar?

– Les crustacés, c’est mieux. Je me damnerais pour un plateau d’huîtres «spéciales». Même dans le meilleur restaurant, je demanderais des fruits de mer. Je préfère les choses naturelles aux cuisinées, la pomme plutôt que la tarte.

– Sel de mer sur la peau. Vous rincez ou vous léchez?

– Ça brûle, ça picote, ça m’amuse. Donc je le conserve.

– Aujourd’hui, qui sont les sirènes que nous n’entendons pas?

– Les voix de la vieillesse, car nous sommes obsédés par la jeunesse. Tout le monde veut paraître plus jeune que son âge. C’est aujour­d’hui bien plus important que de paraître riche, ce qui n’a pas toujours été le cas.

– Quelle boisson pour accompagner votre dernier repas?

– Une bière belge. Toujours.

– Ô rage, ô désespoir…

– Si toi aussi tu m’abandonnes.

Philosophe français, a notamment développé la notion d’hypermodernité. Dernier ouvrage paru: «La Culture-monde. Réponse à une société désorientée».