Si vous étiez un paysage?

Celui qui change au gré des saisons.

Le lieu qui vous apaise?

Celui qui est chargé de silence.

Celui qui donne des cauchemars?

La place d’armes de la caserne de Thoune.

Le paysage de votre enfance?

Le village alsacien de mes grands-parents.

Le dernier paysage que vous aimeriez avoir sous les yeux?

Le plus tard possible, le bord du Doubs.

La ville qui vous fait rêver?

Rome, lieu de superposition de toutes les périodes de l’Histoire.

Le lieu de votre premier baiser?

La patinoire des Mélèzes à La Chaux-de-Fonds.

La campagne, oui, mais en quelle saison?

L’automne dans le Jura, pour son incomparable lumière.

Si le soleil devait disparaître…

J’en mourrais…

Par la fenêtre de votre chambre à coucher, que voyez-vous?

La forêt du Bois-du-Couvent.

Ce qui vous fait voyager immé­diatement: un port, une gare ou un aéroport?

La lecture d’un roman.

Le paysage le plus saccagé par l’homme?

Partout où la quête du profit l’a emporté.

Ce qui manque à votre paysage quotidien?

Le temps.