Le droit à l'adoption par des couples homosexuels sera inclus dans l'avant-projet de loi sur le mariage homosexuel qui sera adopté vendredi par le gouvernement socialiste espagnol en Conseil des ministres, assure jeudi le quotidien El Pais.

La loi garantira les mêmes droits juridiques et sociaux aux couples homosexuels mariés qu'aux couples hétérosexuels, en termes d'héritage, de divorce, de perception de pensions, d'accès à la nationalité et également d'adoption, selon le journal proche des socialistes, qui a eu accès au texte.

Le gouvernement entend autoriser l'adoption par les couples homosexuels d'enfants espagnols uniquement, pour éviter tout conflit avec des législations d'autres pays.

Cet avant-projet suppose la modification de 14 articles du Code civil espagnol dans le but de «promouvoir l'égalité et la liberté idéologique». Il devrait entrer en vigueur début 2005. Pour l'heure, si le Danemark, la Norvège, la Suède, l'Islande, la Finlande, les Pays-Bas et la Belgique autorisent le mariage entre homosexuels, l'adoption n'est possible qu'aux Pays-Bas depuis décembre 2000, en Grande-Bretagne depuis novembre 2002 et en Suède depuis février 2003.

En Espagne, le principal parti d'opposition, le Parti populaire (PP, droite), a annoncé mercredi qu'il présenterait une proposition alternative pour légaliser non pas le «mariage» entre homosexuels, mais une «union civile» leur reconnaissant les mêmes droits qu'aux hétérosexuels vivant en concubinage, sauf l'adoption.

Selon un sondage publié cet été, 66% des Espagnols sont favorables au projet du gouvernement, auquel s'oppose fermement l'Eglise.