Guy Georges, le plus grand tueur en série présumé de l'histoire du crime en France, comparaît demain devant la Cour d'assises de Paris. Arrêté en 1998, il est accusé d'avoir violé puis égorgé sept jeunes femmes dans la capitale entre 1991 et 1997 et d'en avoir sauvagement agressé quatre autres. Armé d'un couteau et d'un ruban adhésif, il a traqué ses proies entre les places de la Bastille, de la République et de la Nation. Le tueur signait ses crimes en tranchant le soutien-gorge de ses victimes entre les deux bonnets. Les experts psychiatres estiment que Guy Georges est atteint d'une pathologie grave et chronique, ils le jugent incurable.

C'est en 1991 qu'il aurait commis son premier meurtre sur une jeune femme de 19 ans. Ensuite, durant sept ans, l'homme a passé 55 mois en prison pour d'autres forfaits. A ses moments de liberté, il aurait continué à sévir sans que la police, qui l'avait pourtant souvent sous la main, ait réussi à l'identifier comme l'auteur des crimes. Ce n'est qu'en 1998 que les enquêteurs remarquent que l'ADN prélevé sur quatre victimes correspond à celui de Guy Georges. Ce dernier est ensuite passé aux aveux pour trois autres meurtres. Malgré cela, l'accusé devrait plaider son innocence durant le procès.