A l'écran, chaque tache de rousseur est visible, on peut les compter. Bien sûr, la télévision publique suisse a tout exprès choisi une jeune femme au beau visage constellé de taches de rousseur pour symboliser sa nouvelle chaîne en haute définition, lancée lundi matin. La HD, c'est précisément cela: des pixels serrés mais distincts les uns des autres, séducteurs et vivement colorés. C'est une image ultrabright qui aime prendre la pose. Me trouvez-vous belle?

Depuis hier, HD Suisse propose ses images au format 16/9, son Dolby surround 5.1 et sa résolution cinq fois supérieure au standard existant depuis soixante ans. Elle balance 50 images de 720 x 1280 pixels à la seconde sur des écrans qui, pour l'essentiel, doivent être plats, larges, HD ready, équipés d'un décodeur spécifique et pas donnés.

Première chaîne haute définition d'Europe disponible sans abonnement, HD Suisse est commune aux quatre télévisions publiques suisses. Elle parle donc quatre langues (les émissions sont diffusées en VO), voire aucune langue lorsqu'elle permet de n'avoir que le son d'ambiance d'un stade sur son poste. HD Suisse est à l'antenne 24 heures sur 24 avec un prime time 19h-22h différent tous les jours. Lundi est réservé aux documentaires, mardi aux émissions de la TSR, mercredi à la TSI, jeudi à la SF et TvRumantscha. Vendredi est dédié aux concerts (Montreux Jazz par exemple) et aux opéras (comme La Flûte enchantée retransmise de l'Opéra de Zurich). Le week-end se consacre aux fictions, films et séries. Pendant la journée et plus tard dans la nuit, le programme est constitué de reprises. Ou des travellings aériens de Swiss-View, refilmés pour l'occasion en HD.

Ce programme minimaliste et répétitif, qui évoque la TV des années 50, s'étoffera bien sûr à l'avenir. Pas plus tard que l'année prochaine, avec les colossaux événements télévisuels que seront l'Euro 2008 et les JO de Pékin, où la HD donnera sa pleine mesure spectaculaire. La chaîne est pour l'heure un laboratoire qui prépare le futur ralliement de toutes les chaînes publiques suisses à la norme HD, à l'horizon 2012. Tout n'est pas encore parfait: le son 5.1 donne encore quelques soucis aux responsables techniques. Et la TSR n'a pas encore l'équipement ad hoc pour tourner ses propres émissions en HD (la première réalisation maison sera, en 2008, «Passe-moi les jumelles»).

Pour la télévision publique suisse, la HD est une arme concurrentielle, surtout pour le très attendu Euro 08. Etre pionnière en Europe lui donne de solides arguments contre des chaînes européennes toujours plus agressives. C'est de plus excellent pour l'image d'entreprise, surtout après les remous liés à la redevance. HD suisse fait aussi le jeu des fabricants, des commerces spécialisés et des sociétés de câble qui peuvent ainsi renouveler le parc des récepteurs ou décodeurs. Ces derniers ont d'ailleurs un peu de retard à l'allumage, en particulier chez le genevois et valaisan Naxoo: celui-ci ne livrera ses décodeurs HD que dans quelques mois. Cablecom propose en revanche dès maintenant un récepteur HD pour 15 francs par mois.

Selon les prévisions du directeur de la TSR, Gilles Marchand, seuls quelques milliers de foyers regarderont HD Suisse à la fin du mois. Mais ils devraient être plus de 100000 pour l'Euro 08.

Reste à voir comment cette nouvelle norme attractive mais compliquée sera adoptée par le grand public. Quitte à brouiller ses propres messages, la télévision publique suisse aligne actuellement les nouveautés: la TNT, la HDTV, sans oublier le 16:9, qui formate depuis le 1er décembre toutes les émissions de la SSR. On s'y perd. Consciente de la difficulté, la télévision a ouvert une «helpline» au n° 0848 34 44 88. Il est aussi possible de consulter les sites http://www.hdsuisse.sf.tv ou http://www.tsrhd.ch