MYTHE

Hélas, le monstre du Loch Ness n'existe vraiment pas

La BBC vient de porter un coup fatal à la légende de «Nessie», née dans les années 30.

Certes, les scientifiques mettent depuis longtemps son existence en cause, mais Nessie avait la vie dure. Cette fois pourtant, c'est du Royaume-Uni que vient l'attaque contre le mythe écossais. La BBC elle-même a admis que le monstre du Loch Ness n'existait pas. Une équipe de la radio-télévision anglaise a enquêté à grand renfort de sonar. Elle a passé au crible le fameux loch, sans en omettre la moindre algue, persuadée qu'un reptile monstrueux, un plésiosaure disparu avec les dinosaures, pouvait s'y cacher. Le verdict est d'autant plus terrible: pas de monstre. «Nothing unusual, I'am afraid», «Rien d'inhabituel», a résumé un des spécialistes menant les recherches pour la BBC. On frissonne à l'idée des retombées qu'aura cette affirmation sur le tourisme des Highlands.

Une «supercherie» née du jour au lendemain

Michel Sartori, directeur du Musée cantonal de zoologie de Lausanne, n'est pas vraiment estomaqué par la nouvelle. «Il y a eu beaucoup d'expéditions de scientifiques avec sonar et sous-marin, remarque-t-il. Tout ce qu'ils ont trouvé, ce sont des otaries et des bancs de poissons. Les Anglais apportent un nouvel élément au dossier de ce qui s'avère être une immense supercherie.»

En fait, Nessie est apparu quasiment du jour au lendemain. Il est né avec la construction de la route bordant le lac en 1933. En septembre de la même année, des traces de pas sont relevées, las, elles ont été faites avec un pied d'hippopotame, souvenir probable de la colonisation!

Pas de pitié pour les rêveurs

En fait, les eaux du Loch Ness, saturées en tourbe, ne sont pas favorables à la vie d'un grand prédateur qui manquerait de nourriture. Par contre, une fois tous les deux ans environ, des phoques suivent la rivière Ness jusqu'au loch, des loutres empruntent également ce passage. Il semblerait donc que ce sont ces aimables animaux – dont l'image aurait été déformée et allongée par réfraction atmosphérique, un phénomène optique qui s'apparente à un effet de mirage – qui auraient été vus comme autant d'apparitions de Nessie. Une bête de plusieurs mètres de long, pourvue d'une petite tête, d'un long cou, d'un corps massif agrémenté de deux ou trois bosses. La science est sans pitié pour les rêveurs.

Ceux-ci continuent pourtant à voir dans la nature ce qu'ils y cherchent. Pour le démontrer, l'équipe de la BBC a caché une barrière sous les eaux du célèbre lac et l'a montée à l'approche d'un groupe de touristes. Une partie de ceux-ci a décrit un objet carré, mais plusieurs d'entre eux y ont vu la tête du monstre immortel.

Publicité