Réseaux

Les hommes en quête d’une sexualité
 affranchie des diktats

Pression de la performance, représentations normatives, fanfaronnades de vestiaire… ils sont nombreux à s’attaquer aux stéréotypes qui pèsent sur la sexualité masculine, racontant ici et là leurs failles et leurs doutes. La vraie libération sexuelle?

Le compte Instagram s’appelle «Tu bandes» et affiche à ce jour 108 000 abonnés. Créé en septembre par un étudiant de 25 ans, il invite à débattre de la sexualité masculine en publiant des témoignages d’hommes lassés des injonctions à la virilité. Le 11 mars, l’auteur expliquait ainsi recevoir de nombreux messages d’hommes complexés par leur taille au moment de la rencontre amoureuse, avant de développer: «Certaines femmes affirmeront se sentir plus protégées et plus femmes avec un homme plus grand qu’elles. Dans une société qui encourage les hommes à être dominants et les femmes à être soumises, l’image des hommes grands qui dépassent les femmes renforce cette conception. La capacité masculine à offrir une protection physique est clairement reliée au stéréotype de l’homme viril.»

Lire aussi: Plaisir féminin, le raz-de-marée de «T’as joui?»

Virginité tardive, plaisir prostatique, absence de libido, vasectomie… le compte aborde également des thèmes que les hommes évoquent rarement en public. C’est d’ailleurs pour pallier le «manque de communication entre hommes» que le dessinateur Charles Huteau, alias Cookie Kalkair, a publié la bande dessinée Pénis de table (Steinkis Editions). Le fruit de neuf mois d’échanges avec six hommes de 25 à 45 ans sur leur sexualité. Au début, il avait tenté de les réunir autour d’une table, avant de découvrir un «effet de groupe négatif». Trop de fanfaronnades… Les entretiens se sont poursuivis sur un groupe Facebook secret, chacun dans son coin.

Lire également: Olivia Gazalé: «On ne naît pas homme, on le devient»

«L’éducation moderne très patriarcale a appris aux hommes à se comparer ou à se définir par des choses mesurables. En sexualité, cela se traduit en centimètres, minutes ou nombre de partenaires, mais personne ou presque ne leur a appris à parler de leurs émotions et sensations, constate le dessinateur. Décrire un orgasme est par exemple un exercice incroyablement difficile, ce qui prouve que les hommes doivent réapprendre à parler d’eux-mêmes et à échanger avec leurs partenaires, hommes ou femmes.»

Peu de supports racontent encore la sexualité masculine […]. C’est comme s’ils étaient dans l’urgence de lever la chape de plomb qui pèse sur leur éducation

Lire également: «Boy Erased»: en camp de redressement sexuel

Plus facile de se confier à une femme

La parole est encore timide, mais de plus en plus d’hommes semblent désireux de revendiquer leurs failles, loin du cliché de l’étalon infaillible glorifié par la pornographie. Du côté des podcasts, où détricoter les stéréotypes du genre est une tendance lourde, ils sont ainsi de plus en plus nombreux à aller confier les heurs et malheurs de leurs désirs. Et après le succès du podcast «Les couilles sur la table», où spécialistes et anonymes viennent déconstruire les mythes de la masculinité, d’autres formats audio se développent sur le même thème.

Anne-Laure Parmantier vient ainsi de lancer On The Verge, qui propose des conversations d’une heure avec un homme, centrées sur sa sexualité: «Je suis féministe et j’ai constaté que de plus en plus de médias invitent les femmes à parler de leur sexualité, ce que je trouve formidable. Mais j’ai eu envie de donner la parole aux hommes, car peu de supports racontent encore la sexualité masculine de façon aussi transparente et honnête qu’elles le font, explique-t-elle. En quinze jours d’existence, j’ai déjà eu 1000 écoutes et beaucoup de messages d’hommes voulant témoigner. C’est comme s’ils étaient dans l’urgence de lever la chape de plomb qui pèse sur leur éducation. Et beaucoup me disent qu’il leur est plus facile de parler à une femme qu’à un homme. Entre eux, c’est toujours un tabou.»

Lire également la chronique: Plus de partenaires sexuels: pour quoi faire?

Parmi les confessions recueillies? «Le ras-le-bol du cliché selon lequel l’homme est celui qui enseigne le sexe à une fille plus jeune, alors qu’en réalité rien n’est inné pour personne et qu’ils n’en mènent pas large, ou cette culpabilité qu’ils peuvent ressentir quand la libido a déserté le couple, parce que l’homme est censé être celui qui a tout le temps envie, alors que la sexualité se construit à deux… Il y a beaucoup d’émotion et même de la tristesse dans ces échanges.»

Dominants dominés par leur domination

Pour Sébastien Chauvin, sociologue du genre à l’Université de Lausanne, le fait que les hommes se mettent à parler de failles et plus seulement de conquêtes est «le signe d’une certaine égalisation qui rompt avec le silence préalablement imposé dans la sexualité par les normes patriarcales. Car jusque-là, les hommes devaient avoir un discours extrêmement stéréotypé sur leur rapport aux femmes dans la sexualité, et cette nouvelle parole montre une prise de conscience que les normes de virilité les oppriment eux-mêmes, qu’ils sont des dominants dominés par leur domination.»

Le fait de tenir un discours moderne, voire superficiellement féministe, n’est-il pas devenu une condition pour garder des positions de pouvoir dans certains milieux qui se pensent comme évolués?

Sébastien Chauvin, sociologue du genre

Mais le sociologue n’y voit pas le grand soir de la libération: «Ces temps-ci, on dénonce beaucoup la masculinité toxique, qui serait celle d’hommes exprimant mal leurs émotions, ou présentant des comportements sexuels agressifs. Or il existe un autre débat qui remet en question la notion même de masculinité toxique, qui serait un moyen de distinguer les hommes de la modernité sexuelle et les autres, c’est-à-dire les rustres, les grossiers, imaginés notamment comme vivant dans les quartiers populaires… mais sans remettre en question d’autres expressions plus feutrées de la domination masculine. En clair, est-ce qu’en dénonçant cette masculinité toxique on ne reste pas aveugle au fait que les critères pour être un homme dominant changent, et que tenir un discours moderne, voire superficiellement féministe, est devenu une condition pour garder des positions de pouvoir dans certains milieux qui se pensent comme évolués?»

Pour la sexothérapeute Alexia Bacouël, cette prise de parole reste pourtant «essentielle pour pouvoir mieux se comprendre et instaurer l’égalité dans tous les aspects de la société». Fondatrice de la plateforme Le cabinet de curiosité féminine, qui propose de «traiter tous les sujets liés aux sexualités, militer pour l’égalité femme-homme et lutter contre toutes les discriminations et violences», elle organise de plus en plus d’ateliers, à travers la France entière, pour que les hommes puissent s’épancher.

Une conséquence de la catharsis #MeToo

«Depuis la catharsis #MeToo, qui a fait émerger des paroles féminines sur les violences sexuelles, beaucoup d’hommes ne savent plus très bien comment se positionner, et se demandent s’ils ont toujours eu des comportements adéquats face aux femmes. Cela se traduit par des demandes accrues d’ateliers pour pouvoir échanger avec elles, note-t-elle. Mais nous organisons aussi des ateliers non mixtes, pour déconstruire les idées reçues sur leur propre sexualité, car beaucoup d’hommes ont également envie de se libérer de l’idéologie de la performance.»

La société les encourage tellement à parler de la sexualité sur le mode de l’exagération ou de la grossièreté que c’est assez touchant d’être témoin de ces moments de sincérité

Alexia Bacouël, sexothérapeute

Deux à trois fois par mois, la sexothérapeute reçoit ainsi, secondée par une co-animatrice, une vingtaine d’hommes âgés de 20 à 65 ans: «Hétérosexuels, hommes en couple, le public est vraiment très varié, vient de tous les milieux sociaux et ceux qui fréquentent ces ateliers non mixtes sont déjà allés plus loin dans leur réflexion que les autres. Ils ont un discours moins centré sur la performance et beaucoup moins de tabous. On y parle par exemple de plaisir anal chez les hétérosexuels, et ils font toujours preuve d’une extrême bienveillance les uns envers les autres. La société les encourage tellement à parler de la sexualité sur le mode de l’exagération ou de la grossièreté que c’est assez touchant d’être témoin de ces moments de sincérité.» Pas le grand soir, mais un bon début…

Publicité