Société

Hubert.care, le crowdfunding philanthrope

Un an après le lancement de sa plateforme d’un nouveau genre, Hubert Blanchard s’aligne ce dimanche sur le départ du semi-marathon de Lausanne. Un défi qu’il relève pour remercier toutes les personnes qui l’ont soutenu, mais surtout pour lever des fonds pour un ami, amputé comme lui 

Nous retrouvons Hubert Blanchard sur une terrasse ensoleillée de Vevey, lui en vêtements de sport, prêt pour son entraînement de course à pied. On le sent posé, serein, heureux après plusieurs mois riches en émotions.

Son sourire irradie lorsque le sportif, qui a perdu une jambe dans une avalanche l’année dernière, revient sur le succès fulgurant de sa plateforme Hubert.care. Le concept novateur de pouvoir soutenir une cause de trois façons différentes a tout de suite pris: propositions et achats de services ont rapidement afflué, tout comme les dons individuels. Il a donc fallu moins de 6 mois à Hubert pour récolter les 45 000 francs nécessaires à l’acquisition des trois prothèses sportives dont il a besoin.

Lucidité philosophe

Nage, course, escalade et surtout ski, autant d’activités qu’il a ainsi pu redécouvrir ces derniers mois. Ou plutôt réapprendre, débordant d’une lucidité philosophe. «Mon accident a certes changé beaucoup de choses dans ma vie, mais au fond, je crois que ma vie n’a pas changé. J’ai simplement dû accepter de faire différemment. J’ai sans doute fait un saut dans le temps… car ça pend au nez de tout le monde d’être moins performant avec l’âge!» évoque le jeune papa en riant.

Lire aussi: Hubert Blanchard, toujours de l’avant

Emballé, il raconte le plaisir retrouvé dans chacune de ses sorties sportives, partagées en famille ou entre amis. Les difficultés aussi. Le premier jour de retour sur la neige, «une des journées les plus dures de ma réadaptation, physiquement et surtout moralement», avoue-t-il. Comme il est réservé sur le sujet, on le laisse alors retracer ses progrès rapides, le ski devenu possible avec son fils de 3 ans, la sortie randonnée en famille. La joie éprouvée. «Fabuleux», «splendide» et «génial» sont les adjectifs qui reviennent le plus souvent. On le croit volontiers.

L’envie d’aider 

Avant même de savoir si sa plateforme allait fonctionner, Hubert Blanchard nous avait chuchoté l’année dernière son rêve de pouvoir aider d’autres personnes à se remettre à une vie active à la suite d’une amputation. Aujourd’hui, c’est avec fierté et reconnaissance qu’il lance une nouvelle recherche de fonds pour Nicolas, double amputé de 25 ans rencontré pendant sa convalescence.

Ce jeune homme apprend peu à peu à devenir autonome dans son environnement de vie, mais ses deux prothèses rendent la marche difficile. Nicolas pratiquera donc le sport en chaise roulante. Raison pour laquelle il souhaite faire l’acquisition d’un handbike – disposant d’une troisième roue qui s’adapte au fauteuil et permet de «pédaler» avec les bras – afin de se remettre à une pratique sportive qu’il apprécie et le motive.

Boucler la boucle

Pour récolter les premiers fonds, Hubert va parcourir les 21 km du semi-marathon de Lausanne dimanche 22 octobre. «J’ai rêvé de faire cette course dès que j’ai recommencé à courir. Pour remercier les gens qui ont soutenu ma cause, leur montrer que je fais quelque chose de bien de mes prothèses, et surtout pour porter la nouvelle cause pour Nicolas.»

Une manière aussi de boucler la boucle, car l’année dernière, c’était son ami Gilles qui avait couru le marathon pour récolter les premiers dons, sous forme de paris sur son chrono. Cette fois, ce sera Hubert pour Nicolas.

Faire grandir la structure

«Aller de l’avant, c’est envisager l’avenir d’Hubert.care, cause après cause. J’ai vraiment envie que ce soit quelque chose qui puisse tourner sur le long terme, pour que d’autres personnes après Nicolas puissent en bénéficier.» Il donne l’exemple de ce petit garçon de 3 ans qui veut courir, mais qui est pour l’instant trop petit pour avoir des prothèses adaptées. Dans trois ans, Hubert pourrait l’aider.

Faire fonctionner sa plateforme, animer le site web et sa page Facebook est un travail de longue haleine, qu’il accomplit aujourd’hui avec sa femme, Paola. Il ne cache pas qu’avec quelques bénévoles autour de lui, il pourrait voir les choses en plus grand, sur le plus long terme. Et pourquoi pas créer une structure en commun avec les nombreuses associations existantes dans le milieu de l’aide au handicap, une idée qu’il veut faire mûrir.

Prothèses bricolées

Des projets, Hubert Blanchard n’en manque pas, toujours habité par la même force de vie qui décoiffe et bouleverse. Ses prothèses de grimpe et de vélo, il les a bricolées à partir de pièces d’une jambe entière dénichée sur eBay. L’anecdote fait sourire mais à l’entendre, on comprend que rien ne semble impossible à ses yeux.

Il aime l’effort autant que les challenges, poussé par l’envie d’aider. Il puise une partie de son énergie dans le soutien reçu depuis son accident, notamment de son ami et mentor Jean-Philippe. Au fond, l’avalanche lui a peut-être pris une jambe, mais elle lui a surtout donné une motivation que l’on sent capable de déplacer des montagnes.

Publicité