Mots croisés, jeux, lectures... L'important pour les personnes âgées est de continuer à exercer leurs capacités cérébrales, même si les données manquent quant aux réels bénéfices de ces activités sur la santé cognitive et la diminution des risques de démence. Mais une étude récente vient renforcer l'hypothèse que ces exercices pourraient réellement avoir des effets positifs sur un cerveau âgé, habituellement confronté à un ralentissement de son activité cellulaire. Une étude qui relativise par la même occasion les craintes sur la supposée influence négative d'Internet sur l'intelligence (LT du 22.08.2008). Des chercheurs de l'UCLA, l'Université de Californie à Los Angeles, se sont intéressés à une bonne vingtaine de personnes âgées entre 55 et 76 ans. La moitié avait l'habitude d'effectuer des recherches sur le Web, l'autre pas. Tous ont été observés au scanner alors qu'ils cherchaient des informations et lisaient des textes sur Internet, des activités connues pour stimuler les régions cérébrales du langage, de la lecture, de la mémoire ou des aptitudes visuelles.

Prises de décision

La recherche sur le Web a produit un important surcroît d'activité dans les zones liées aux prises de décision et aux raisonnements complexes uniquement chez les cobayes qui avaient l'habitude de l'Internet. Pour les chercheurs de l'UCLA, comparé à la lecture traditionnelle, le Web offre tellement de possibilités de choix que cela contraint ses utilisateurs, même âgés, à des prises de décision pour obtenir les bonnes informations. Autant de stratégies qui sont inconnues aux personnes qui n'ont jamais surfé sur le Web. L'observation encourage l'équipe californienne à penser que surfer sur Internet pourrait bel et bien améliorer l'état des circuits cérébraux chez les personnes d'âge mûr, ou plus âgées.