Mariam Mussa – un grand-père suisse alémanique et un grand-père libyen – est étudiante à Genève. Elle dit que les musulmanes se cachent pour exister. Qu’elles sont obligées d’adopter des stratégies pour se rendre invisibles «car être musulman·e a aujourd’hui un coût social, mental et matériel».