Sur l’avenue Abou-Nawas, la BMW de Sultan rugit en slalomant entre les autres véhicules. Ce vendredi matin, c’est jour de course au Mesopotamia Engines Sport Club (MESC), dans le quartier d’Al-Amariyeh, une banlieue à l’est de Bagdad. Pour lui comme pour des dizaines de jeunes Irakiens, le concours est un événement à ne manquer pour rien au monde. «C’est une compétition unique. Au début, avec les autres drifters, on avait l’habitude de se retrouver sur le pont de Jadiriyeh, au centre-ville. Mais le site se trouve juste à côté de la zone verte, où sont basés la plupart des bâtiments du gouvernement. Beaucoup de politiciens y vivent aussi et ils ont commencé à se plaindre du bruit. Alors la police nous a obligés à déménager», raconte-t-il.