C’est l’histoire d’une petite fille née dans un village vaudois au sein d’une famille «comme les autres», un père employé à plein temps et une mère à temps partiel dès sa naissance pour s’occuper d’elle. L’histoire d’une brillante étudiante en sociologie consciente d’avoir été façonnée par toutes les représentations collectives. L’histoire de jeunes pères qu’elle a pu suivre plus tard pour ses recherches, bien décidés à ne pas être «le parent secondaire». Celle de politiques publiques qui prônent l’égalité mais légitiment dans les faits tous les obstacles à l’implication des hommes dans la vie domestique. L’histoire, enfin, de nos normes, de nos lois – celle que nous écrivons en tant que société.

Entre nature et culture, les sciences sociales et la philosophie éclairent les impensés, offrent un chemin dans les méandres de la parentalité. La sociologue Isabel Valarino, titulaire d’un doctorat en sciences sociales de l’Unil, membre du réseau international de recherche sur les congés parentaux et spécialiste des politiques en faveur de l’égalité en Suisse, répond aux questions du Temps.