Comme une anomalie, sa haute et maigre silhouette surplombe les villageoises de la tribu Birjia, dans le lointain hameau d’Adhe, sur les collines forestières de l’Etat du Jharkhand. Pour mieux écouter les femmes, il baisse la tête, avance sa barbe blonde en broussaille, et les scrute de ses yeux d’un bleu limpide. Cheveux au vent, il est venu à moto à bride abattue, empruntant un sentier défoncé qui sillonne la jungle infestée de rebelles maoïstes et de tigres. Ici, les fonctionnaires s’aventurent rarement, l’instituteur a déserté l’école, et l’électricité n’a jamais été raccordée.