Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire
Jean-Luc Mélenchon
© CHARLY TRIBALLEAU

Témoignage

Jean-Luc Mélenchon vu par des jeunes Suisses: «C’est surtout le showman qui me fascine»

Grâce à sa chaîne YouTube, le candidat de La France Insoumise électrise une partie de la jeunesse, jusqu’en Suisse. Décryptage

Mais quel est son secret? A 65 ans, il a beau être le plus vieux des concurrents, et avoir même 26 ans d’ancienneté supplémentaire par rapport au vibrionnant Emmanuel Macron, c’est l’homme à la gauche de la gauche française que les jeunes suisses semblent préférer… Prenez Justine, 20 ans et étudiante en développement multimédia à Genève. Si elle ne s’intéresse guère à la politique nationale («Quand on n’a pas baigné dedans dès le plus jeune âge, c’est compliqué de retenir les noms…»), la bataille pour l’Elysée l’emballe: «Il y a des têtes d’affiche, des rebondissements, de la corruption, on dirait une série télé» s’amuse-t-elle. Avant de s’enflammer: «Jean-Luc Mélenchon est le personnage qui me plaît le plus. J’ai grandi avec YouTube et sa percée sur la plateforme m’impressionne. Le Front national aussi a sa chaîne vidéo, mais si ringarde. Ils n’ont rien compris au concept! Alors que Mélenchon respecte tous les codes des youtubeurs comme Norman ou Squeezie: il remercie son public à partir d’un certain nombre de likes, répond aux commentaires des internautes, etc. Et s’il est bougon à la télé, il révèle une facette plus humaine sur YouTube: souriant, humain, sensible. Je n’ai suivi aucun programme des candidats, mais j’apprécie aussi le fait qu’il soit de gauche. Mais c’est surtout Mélenchon le showman qui me fascine, et je ne suis pas la seule.»

Lire aussi: Jean-Luc Mélenchon, l’insoumis connecté

Règle verte

C’est le cas de Jérémy, 17 ans, jeune binational élevé en Suisse, mais scolarisé dans un lycée de l’autre côté la frontière. «Même si Mélenchon paraît un peu idéaliste, sa dimension sociale me parle. Je viens d’une famille genevoise aisée, mais qui m’a toujours transmis l’idée d’entraide» explique cet adolescent qui désespère de ne pas pouvoir voter aux présidentielles 2017, faute d’avoir atteint la majorité. «Je suis inscrit chez les jeunes verts genevois où la plupart sont pour Mélenchon parce qu’il propose le plus d’écologie: il a promis la sortie du nucléaire, des menus bios et végétariens dans les cantines scolaires, et promeut sa règle verte afin de ne plus siphonner les ressources planétaires. J’ai un oncle suisse écolo qui affirme qu’il ne voterait pas Mélenchon mais Macron, car il trouve les initiatives du premier peu crédibles. Moi, je le trouve fiable et ses propositions m’intéressent. La France est une oligarchie légalisée et lui veut instaurer la VIe République, sans faire de révolution. Il a même promis de démissionner s’il gagnait l’élection, en disant: On verra après. Le débat entre Mélenchon et Le Pen est également intéressant. On a parfois l’impression que les deux se rejoignent dans l’anticapitalisme, mais il y a beaucoup trop de choses que je ne peux pas accepter du Front national.»

Comme Coluche

Pour Sandro Cattacin, sociologue à l’Unige et spécialiste de l’engagement politique et civique des jeunes helvètes, le succès du discours antisystème du leader des Insoumis sur une partie de la jeunesse n’est pas étonnante, même dans un pays prospère comme la Suisse: «La distribution des votes des jeunes suisses va 40% à droite, 35% à gauche, et le reste au milieu, précise-t-il. Sur YouTube, Mélenchon joue à fond la personnalité décalée, et manie habilement l’humour et l’indignation, comme Coluche en son temps. Grâce à cette plateforme, il a bâti un monde en huis clos, où il évite les contradicteurs et où chacun peut trouver confirmation de son adhésion.» Et celle de François, 19 ans et étudiant en Relations Internationales à Genève, semble totale. Quand il évoque son candidat, il dit d’ailleurs «On». Comme dans: «On n’ira pas se rattacher au Parti Socialiste, mais on aimerait bien que Benoît Hamon nous rejoigne.» Ou encore: «On veut monter le salaire de base.»

Facebook Live marathon

Le jeune homme, également binational, a découvert Jean-Luc Mélenchon en consultant la vidéo de son passage chez Laurent Ruquier. «Avant de m’y intéresser, j’entendais certains le traiter de communiste, et même de bolchevique… Moi j’ai entendu un homme qui parlait de souffrance animale et j’ai accroché. J’ai suivi ses cinq heures de live sur Facebook, lu son programme, et adhéré aux insoumis sur le site. C’est vraiment un homme dévoué à la politique. Dans ses meetings, il demande à ses partisans de ne pas crier Mélenchon, mais Résistance.» François, qui se dit encore ébranlé par le vote suisse contre la sortie du nucléaire, apprécie surtout la sensibilité écologique du prétendant: «J’ai grandi dans un chalet et constaté que les hivers se détraquent. Or le candidat de l’écologie, c’est lui. Je vais aussi voter pour Mélenchon car il apporte des réponses directes aux crises sociales et démocratiques qui secouent la France. Il propose même d’instaurer le droit de révoquer les élus. En Suisse, la démocratie est excellente, et avec un petit job, on peut gagner 4000 francs. En France, la moitié de la population ne touche que 1600 francs et on trouve 4 millions de pauvres. A mon âge, on ne peut que rêver le meilleur, c’est une question d’idéal.»

Dossier
La France en campagne

Publicité
Publicité

La dernière vidéo société

Au Vietnam, on se nourrit volontiers de serpents

Les Vietnamiens sont friands de serpents. On y voit l'influence de la tradition chinoise. Mais la pratique choque, y compris dans les villes du pays

Au Vietnam, on se nourrit volontiers de serpents

n/a