Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire
On ne saura jamais.
© 123RF

Déchirez-moi ça

Jeunes femmes qui vous caressez les aisselles avec des plumes blanches, qui êtes-vous?

Chaque vendredi de l’été, notre chroniqueuse nous propose une revue de presse du meilleur du pire des magazines féminins. Cette semaine, elle se penche sur les improbables illustrations et phrases choc de «Closer»


Illustrer un article intitulé «Epilation: vous avez demandé une peau lisse?» est toujours compliqué. Le magazine Closer en sait quelque chose. Quand ce n’est pas une préadolescente qui se caresse le mollet en souriant d’un air pensif, les yeux dans le vide, en bikini blanc seule sur son lit blanc (ce qu’à titre personnel je fais rarement), c’est une femme en bustier blanc qui, le bras levé, se chatouille nonchalamment l’aisselle avec une plume blanche (ce qu’à titre personnel je ne fais pas plus souvent que de me caresser le mollet en souriant d’un air pensif, les yeux dans le vide, en bikini blanc seule sur mon lit blanc).

«Rasoir, cire, crème dépilatoire, épilateur électrique… tous les accessoires sont bons pour dire adieu aux poils!» annonce fièrement Closer. Ce à quoi on a d’emblée envie de répondre: «Toutes les raisons sont bonnes pour dire adieu à Closer.» PS: Il se trouve qu’en 2018 les femmes savent utiliser un rasoir ou une bande de cire froide si elles le souhaitent, quand elles le souhaitent, LÂCHONS LEUR LA GRAPPE, doux Jésus.

Deux pages plus loin, ça ne s’arrange pas. Les doigts pleins de gras de mes frites, je tombe sur la citation en exergue de Camille Cerf (vous ignorez qui est Camille Cerf? Moi aussi, jusqu’à hier) dans les pages «News». Ancienne Miss France de son état, elle a posté sur Instagram une phrase importante pour nous autres gueux. «Je mets du 38 – voire du 40 – et je me sens bien dans mon corps!» Je relis. «Je mets du 38 – voire du 40. ET je me sens bien dans mon corps.»

«Bien envoyé!» souligne le magazine, séduit par cette rhétorique d’une imparable finesse.

Chère presse féminine, va-t-on bientôt devoir se réjouir du fait qu’on puisse faire du 38, «voire du 40!», arborer trois poils sur les mollets et avoir quand même le droit de sortir dans la rue, de jour? 


Chroniques précédentes:

Publicité
Publicité

La dernière vidéo société

Alain Petitmermet: «J'ai vu cinq fois des gens passer sous ma locomotive»

Le mécanicien de locomotive a vécu en vingt ans de carrière entre cinq et six suicides. Il a dû abandonner le métier durant plusieurs années, avant d'y revenir avec une foi chrétienne grandissante, au point de vouloir y consacrer un livre

Alain Petitmermet: «J'ai vu cinq fois des gens passer sous ma locomotive»

n/a