On a battu un record, ce mercredi au Temps. Celui d’accueillir les écoliers les plus jeunes jamais venus découvrir la newsroom du pont Bessières, à Lausanne. Agés de 8 à 9 ans, les cinq élèves de la classe de Pascal Lopez constituent la 5P HarmoS de l’école Vivalys, à Ecublens (VD), dont la devise est: «De la crèche à la 11P.» Depuis le début de l’année scolaire, Camilla, Juanita, Jun, Sonia et Téo réalisent et éditent un journal mensuel, Le Chemin, dans le cadre de leur sensibilisation aux notions de liberté de la presse et d’écriture journalistique organisée par cet établissement privé de l’Ouest lausannois.

Ces enfants ont d’abord assisté à une partie de la conférence de rédaction matinale du Temps, qu’ils ont enregistrée, photographiée et surtout finement observée, pour ensuite se montrer très curieux, poser toutes sortes de questions très pertinentes sur les médias en général et sur la profession de journaliste. Leur attitude a montré une véritable passion pour ce projet scolaire et leurs propres séances de rédaction, au cours desquelles ils élaborent le contenu du Chemin. Lequel rendra évidemment compte de leur visite dans son prochain numéro.

Faire un journal de classe, c’est bien, mais en collaboration avec le RadioBus des écoles de Suisse romande, les élèves de Vivalys réalisent également des podcasts, que l’on peut écouter en différé sur Radiobus.fm ou en direct, le mercredi à 12h30, le jeudi à 16h et le vendredi à 18h30. Ceux-ci sont réalisés en collaboration avec Fréquence Banane, la radio des étudiant(e)s de l’Université de Lausanne (Unil). Les jeunes écoliers travaillent plus particulièrement cette année sur le thème de l’eau, d’où l’intitulé générique de l’opération: Radi’eau, qui a également généré une visite des apprentis journalistes dans les laboratoires spécialisés en la matière de l’EPFL et de l’Unil.

Que d’eau, que d’eau!

A la suite d’une «semaine de défis» dans ces deux hautes écoles, ils ont d’ailleurs gagné un voyage. Leur enquête, c’était: «D’où vient l’eau de notre robinet?» Ils savent maintenant qu’ici, «nous buvons de l’eau du lac Léman, du lac de Bret et de différentes sources. Mais d’où vient l’eau du lac Léman? Réponse: à 90% du Rhône! Nous buvons donc de l’eau du glacier!» Pour donner du corps à tous ces apprentissages, la classe de Pascal Lopez partira six jours en mai prochain du glacier du Rhône à la mer Méditerranée. Périple à suivre dans leurs médias, bien entendu!

Voir les choses «en vrai» dans un média professionnel, c’était l’objectif de cette visite au Temps, petit clou planté dans l’édifice de leur formation aux métiers de l’information. «Une action fédératrice» jugée «très bénéfique et enrichissante» par l’ensemble du corps enseignant et par le directeur général de Vivalys, Olivier Delamadeleine. L’expérience se révèle être bien dans l’esprit de cette école de classes à effectifs réduits, qui organise beaucoup de rencontres et d’activités extra-muros, avec un suivi plutôt individualisé, tourné vers l’innovation. «Une belle stimulation des soft skills de nos élèves au contact du monde professionnel, un autre message, une autre façon de «voir les choses», se détacher du «confort» de la salle de classe pour apprendre différemment et, pourquoi pas… mieux», renchérit le directeur, qui défend ce qui fait cet «ADN» de l’établissement.

L’enseignement donné à Ecublens, «en plus des compétences logiques, mathématiques, verbales et linguistiques, prône une construction des savoirs multiples chez l’enfant: compétences musicales et rythmiques, intra et interpersonnelles, visuelles et spatiales ou encore naturalistes et écologiques afin de le rendre attentif au monde qui l’entoure», dit le programme. Quitte à introduire «quelques fake news» dans Le Chemin. Ce qui les fait beaucoup rire.