L’institut demande tous les documents médicaux de Michael Jackson, dossiers radiologiques et psychiatriques compris. C’est le Los Angeles Times qui donne l’information, citant des sources proches de la famille.

Richard Charnley, l’avocat de Arnold Klein, le dermatologue de Michael Jackson, a déclaré que son client avait reçu la requête de l’institut. Le docteur Klein a assuré mercredi sur plusieurs chaînes de télévision qu’il n’avait administré aucun sédatif puissant à Michael Jackson, de type Diprivan, dont plusieurs bouteilles ont été trouvées dans la maison de la pop star.

Selon le Los Angeles Times, certains des médicaments trouvés dans la maison de Michael Jackson n’étaient accompagnés d’aucune ordonnance et les enquêteurs cherchent à savoir comment il a pu se les procurer.

Le rôle des médicaments et des médecins

«J’ai su, à un moment, qu’il prenait du Diprivan quand il était en tournée en Allemagne. Il le prenait avec un anesthésiste pour dormir la nuit, et je lui ai dit que c’était une pure folie», avait précisé Arnold Klein mercredi sur CNN.

Le Diprivan (nom commercial du propofol) est un anesthésiant extrêmement puissant dont l’usage est réservé au personnel médical.

Le chef de la police de Los Angeles, William Bratton, a précisé jeudi soir sur CNN que la suite de l’enquête dépendrait beaucoup des «résultats toxicologiques (de l’autopsie) qui doivent venir» de l’institut médical. «Sur la base de ceux-ci, nous aurons une idée ce à quoi nous avons affaire», a-t-il ajouté. «Avons-nous affaire à un homicide ? Avons-nous affaire à une overdose accidentelle ? A quoi avons-nous affaire ? Au moment où je vous parle, je peux vous dire que je n’ai pas cette information», a-t-il dit.

Michael Jackson est décédé le 25 juin à Los Angeles. Il avait 50 ans.