Ah, l’insolence des gens qui s’aiment! Et pourtant, elle n’est rien, cette insolence des amants anonymes, à côté de la suffisance des stars qui s’aiment entre elles. S’aimer et se savoir idolâtrés et léchés par nos langues de cockers attendris, quel pouvoir cela donne aux people qui se bécotent sur les réseaux publics. Johnny et Sylvie. Alain et Romy. Beyoncé et Jay. Lara et son footballeur. Michelle et Obama. Penélope Cruz et Javier Bardem. Harry et Meghan. Ariane et Solal. Tintin et Haddock – euh, non, là, je m’égare, quoique non, pas du tout, en fait. Bref.

Chroniques précédentes:

Chroniques précédentes:

Il doit y avoir, dans l’amour que se portent deux stars, une satisfaction narcissique à se savoir regardés par un aréopage de badauds pantelants, qui les dopent, les ravit, les embellit, les transforment et les portent à se voir comme les Adam et Eve d’un monde nouveau. Ce sentiment de toute-puissance et de légitimité royale, c’est un peu ce qu’on distinguait lors des premières sorties publiques de Kim et Kanye.