Qu'ils soient «du Théâtre», «de la Gare» ou «de la Collégiale», certains cafés ont pour ambition principale de s'ancrer de manière précise dans un territoire. Les concepteurs du café Trio, à Neuchâtel, ont opté pour une identification plus ambitieuse avec un objectif qui ne l'est pas moins: créer un lieu de rencontre à la fois convivial et original dans une ville qui a perdu beaucoup de ses attraits en la matière ces quinze dernières années.

Inauguré en octobre dernier, le Trio a été entièrement dédié au chiffre trois par ses concepteurs, Georges-Henri Menghini, Dominique Buggia et Willy Gregorio. Situé dans les murs de l'ancien bar du Château, au numéro 3 de la rue des Moulins, l'établissement offre trois espaces distincts aux lignes épurées: le café, tout d'abord, avec son ambiance lumineuse et ses petites tables blanches positionnées face à une grande baie vitrée qui donne sur la rue. Dans la continuité, le bar s'étale face à un long comptoir en zinc. Il offre plusieurs tables hautes en bois foncé aux accents zen. Enfin, en retrait, la salle de réunion constitue un havre de paix intimiste et contemporain, meublé de quelques tables vertes qui se reflètent sur le blanc immaculé des murs.

La journée se décompose en trois périodes distinctes. «Le matin, c'est l'ambiance douce et feutrée du premier café, avec tous les journaux à disposition des clients, raconte Antoine Morard, un des serveurs du café. Durant la pause de midi, trois soupes à choix sont servies depuis le bar à soupe, accompagnées de trois pains frais du jour.» Imaginée par Joël von Allmen – qui souhaite étendre le concept à d'autres établissements, la formule «Pane & Zuppa» séduit un nombre de plus en plus élevé de Neuchâtelois. Elle permet à ceux qui font attention à leur ligne de manger sainement en limitant les calories. Pour ne rien gâcher, les trois soupes – servies dans des bols distincts – sont excellentes, veloutées et épicées. «Pour que les gens ne se lassent pas, nous changeons nos soupes chaque semaine», souligne Antoine Morard.

A l'heure de l'apéro, le café Trio entame sa troisième métamorphose pour accueillir une clientèle qui n'hésite pas, en fin de semaine, à occuper les lieux jusqu'à la fermeture (1 heure du matin le vendredi et le samedi, minuit le jeudi). Dans une ambiance branchée, les lieux se muent en bar à tapas, le personnel offrant gracieusement de petites tartines garnies de fromage, tapenade ou tomates séchées pour accompagner vin, bière ou apéritif anisé. Une démarche qui change agréablement des cacahuètes oxydées servies dans les bars alentour. Est-il imaginable que le Trio développe cette voie pour offrir une carte de tapas, ce qui manque cruellement à Neuchâtel? «Pour l'heure, ce n'est pas prévu, indique Antoine Morard. Mais ça fait seulement quatre mois que le café est ouvert, ça peut encore venir…»

Visant à attirer «une certaine clientèle», le Trio offre également un bon choix de vin au verre, rouge ou blanc. Avec en vedette des crus locaux et italiens. «Comme pour les soupes, notre carte change régulièrement», reprend Antoine Morard. Ainsi, hormis l'excellent Noir des Roches du domaine La Grillette, à Cressier, qui subsiste depuis l'ouverture du café, aucun vin n'apparaît sur la carte plus de trois semaines. De quoi mettre en joie les amateurs de découvertes.

Le Trio, rue des Moulins 3, Neuchâtel. Tél. 032/724 22 24.