Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire
Lauren Bastide, créatrice, productrice et hôte du podcast «La Poudre»
© DR

Portrait 

Lauren Bastide, femme de paroles

L'ex-rédactrice en chef d'«Elle» et ancienne chroniqueuse au «Grand Journal» Lauren Bastide lance cet hiver la deuxième saison du podcast «La Poudre», une émission audio donnant la parole aux femmes

D'habitude, l’interview est une danse qu’elle mène. Le métier de Lauren Bastide, journaliste et créatrice du programme audio La Poudre, consiste à guider, à son tempo, vers l’intimité des autres. C’est précisément pour mettre en avant la parole des femmes qui marquent leur époque que la journaliste française de 37 ans a imaginé en décembre 2016 ce rendez-vous bi-mensuel, disponible gratuitement sur Internet: une conversation dense, profonde, qui revisite le parcours de ses interlocutrices. Portée par le succès de la première saison, la deuxième a commencé cet hiver.

Lire aussi: Titiou Lecoq: sous le rire, la révolution

La lauréate du Prix Goncourt Leïla Slimani, la femme politique Rama Yade ou encore la militante Latifa Ibn Ziaten, mère d’un des militaires tués par le terroriste islamiste Mohammed Merah en 2012, ont déjà saisi son micro tendu. «Comment vous parlait-on quand vous étiez enfant?», «Êtes vous née femme ou êtes-vous devenue femme?»... Dans La Poudre, la parole se déploie, brute, occupant naturellement un espace saturé d’empathie et de convictions féministes. 

Mais Lauren Bastide est une forteresse. Une exploratrice de l'intime qui, elle, ne s'épanche jamais. «Evoquer ma vie personnelle me met très mal à l’aise, nous explique-t-elle. Probablement parce que je crains qu’on ne produise des clichés et des stéréotypes à mon sujet, comme les médias le font systématiquement ou presque, dès qu’il s’agit de femmes.» 

«La femme ultime»

Si elle se méfie tant «des médias», c'est qu'elle en connaît tous les rouages, tous les pièges. Aussi loin que ses souvenirs lui permettent de remonter, la Française voulait devenir journaliste. Pas n’importe où: au sein du magazine Elle. «C’était celui que lisaient ma mère, ma tante, ma grand-mère, il traînait toujours sur la table du salon. Depuis Orléans, où je suis née, Paris me paraissait à la fois proche et lointain. «La «femme Elle» me semblait être la femme ultime.»

Entre deux coups de ciseaux, ses rêves de petite fille prennent la forme de faux magazines aux couvertures colorées, réalisés avec l’application d’une orfèvre. La suite ressemble à une prophétie autoréalisatrice: une classe préparatoire littéraire, des études de sciences politiques à Strasbourg puis de journalisme à Paris. Elle propose quelques articles à la rédaction d'Elle... et finit par y passer dix ans. En 2012, elle lance, aux côtés de la journaliste et auteure Sophie Fontanel, le site DailyElle, pour finir par prendre les rênes du magazines.

Je me suis toujours considérée comme féministe, mais ma perception du mot était imprécise

Mais la «femme Elle» s'avère être un mirage. L'enchantement s’use à mesure que s’affute son esprit critique, et l’ennui finit par percer. «Je me suis toujours considérée comme féministe, mais ma perception du mot était imprécise. Quand j’ai commencé chez Elle, j’avais le sentiment d’être dans ce combat, avant de réaliser, à force de lectures et d’interpellations, que ce que je prenais pour du féminisme était rendu inoffensif, institutionnalisé. J’ai compris qu’il me faudrait faire autrement.»

La télé, puis la colère

En 2012, Lauren Bastide fait ses débuts sur le petit écran pour la chaîne C8, puis rejoint l’équipe du Grand Journal en tant que chroniqueuse en 2015. L’idée même de «journalisme télévisé» se transforme en oxymore: «Le propos est sclérosé par des pratiques archaïques: à la télé, on n'a jamais le temps de rien.» De cette frustration émerge une colère nouvelle. «Quand je l'ai connue, explique son ancienne collègue Sophie Fontanel, on disait toujours (moi la première) qu'elle ressemblait à Brigitte Bardot. (...) Je crois que la télé a démoli en elle tout désir d'être «la belle blonde, la jolie fille du moment.» C'est sous les projecteurs, face caméra, que «l'élan militant a surgi», selon son ancienne collègue. Le sentiment que Lauren Bastide garde de ces années-là? «La certitude de ne plus jamais vouloir faire de télé.»

Face à l’omniprésence de l’image, elle plonge la tête la première dans les méandres des voix et des silences. Son studio de production de podcasts, Nouvelles Ecoutes, est fondé en 2016 avec son partenaire professionnel Julien Neuville. «On y a mis tous nos deniers, on a trouvé quelques sponsors [ndlr: chaque épisode est précédé d’une publicité], puis on a lancé une campagne de crowdfunding.»

Bosseuse acharnée, elle obtient parallèlement son master en étude de genre à l’Université Paris 8 en juin 2017, et devient quelques mois plus tard porte-parole du collectif de journalistes Prenons la Une, qui lutte pour une meilleure représentation des femmes dans les médias. Sa réaction à la tribune parue dans Le Monde et co-signée par Catherine Deneuve ne s'est d'ailleurs pas fait attendre (voir post Instagram ci-dessous). Elle est, au passage, signataire du texte publié en réponse sur le site de France Info, intitulé «Les porcs et leurs allié.e.s ont raison de s’inquiéter».  

Ancrée dans l’époque

La Poudre, une des sept émissions que propose désormais son studio de podcasts, est lancée le 1er décembre 2016. Celle-ci trouve rapidement son public, les deux pieds dans l’époque. Il y a ce nom, déjà, dont la polysémie sonne comme un hymne à la diversité, qu'elle explose ou éblouisse, qu'on la sniffe ou qu'on l'applique. L'authenticité du concept, ensuite: une heure. Une femme. Une profondeur rare, qui explore aussi bien les failles que les victoires. Le format, enfin: le podcast, gratuit et adopté sur smartphone en deux effleurements d’écran tactile. Les détracteurs auront beau souligner un ton parfois mielleux, une certaine connivence, un côté bobo très parisien, leurs critiques ne pèsent pas lourd face au poids des voix qui méritent d'être entendues.

Dix-huit mois après son lancement, chaque épisode rassemble entre 50 et 100 000 auditeurs. «C'est ma plus grande fierté. Je n'aurais jamais pensé que l'audience serait si large, preuve qu'il y avait une vraie demande. Cette communauté se retrouve autour de deux valeurs: la sororité et la bienveillance.» Voilà, en deux mots, ce que Lauren Bastide veut distiller, loin des clichés lissés sur papier glacé. Tendez l'oreille: La poudre n'a pas fini de faire des étincelles.


Profil

1981: Naissance à Orléans 

2005: Débuts chez Elle

2015: Chroniqueuse au Grand Journal

2016: Création de Nouvelles Ecoutes 

2017: Deuxième saison de La Poudre 

Publicité
Publicité

La dernière vidéo société

Alain Petitmermet: «J'ai vu cinq fois des gens passer sous ma locomotive»

Le mécanicien de locomotive a vécu en vingt ans de carrière entre cinq et six suicides. Il a dû abandonner le métier durant plusieurs années, avant d'y revenir avec une foi chrétienne grandissante, au point de vouloir y consacrer un livre

Alain Petitmermet: «J'ai vu cinq fois des gens passer sous ma locomotive»

n/a