Elle en sera. La gymnaste américaine Simone Biles vient d’annoncer qu’elle participera à la finale de la poutre aux Jeux Olympiques de Tokyo. Une nouvelle qui retentit d’autant plus que la semaine dernière, elle se retirait du concours général par équipes pour prendre soin de sa santé mentale. Tout comme Naomi Osaka quittait Roland-Garros, ou encore lorsque, en juin, des joueurs de basket des Jeep Elite faisaient grève pour que l'on prenne en compte leur épuisement.

Comment est traitée la question de la santé mentale dans le monde du sport d’élite, et comment est-elle soumise aux évolutions sociétales? Eléments de réponse avec Laurence Chappuis, psychologue du sport FSP et cofondatrice de la plateforme Psychodusport.ch.