Miroir pixélisé d’un genre nouveau, l’œil patibulaire de votre webcam vous fixe pendant des heures, et quand il est temps d’éteindre l’ordinateur, plus personne n’applaudit au balcon. Où va le monde? Ou, du moins, comment va-t-il? Qu’est-ce qu’une société quand ses fondations mêmes, c’est-à-dire les processus de socialisation, sont au point mort? Comment ces bouleversements, qui touchent directement aux contacts physiques, affectent notre rapport aux autres et à nous-même? Une vaste enquête pluridisciplinaire lancée à l’Unil en juin 2020 avec l’aide du Fonds national suisse (FNS) tentera de répondre à ces questions en deux ans. Sa directrice, la professeure Laurence Kaufmann, partage avec Le Temps les premières ébauches de résultats.

«Le Temps»: Quand et comment avez-vous décidé de mener cette enquête? Sur quelle population, quelle temporalité et pourquoi?