Lausanne Jardins sort le train d’atterrissage

Urbanisme La manifestation se conçoit comme un laboratoire du végétal en ville

Aux marges de la ville, le long de la ligne de métro, non loin de l’entrée de l’autoroute, se prépare une invasion. Sous les hectares de serres du Service municipal des parcs et domaines, les lobélias blancs poussent en grappes autour de boules de terre gigantesques, qui sont alignées là, comme des bombes florales, dégageant une odeur de miel. Dans un mois jour pour jour, ces installations végétales spectaculaires auront colonisé le centre-ville, explosion botanique, raid végétal, déferlante de verdure: ce sera Lausanne Jardins.

La manifestation, dont c’est la 5e édition cette année, s’est donné pour thème l’atterrissage, Landing en anglais, une certaine idée du débarquement. Vingt-six points d’installation, répartis au centre-ville, offriront, pour le plaisir des autochtones et des touristes, de redécouvrir le paysage urbain, en ce lieu du jardin où nature et culture se rencontrent et s’apprivoisent.

Jardins prototypes

Lausanne Jardins, c’est aussi un rayonnement que s’offre la ville, puisque ce festival unique en son genre s’est taillé, au fil de ses 17 ans d’existence, une excellente réputation internationale. Attirant désormais près de 100 000 visiteurs, elle a également suscité, lors du dernier appel à projets, plus de 400 candidatures, dont la moitié venue de l’étranger.

A un mois du lancement des festivités, le designer Adrien Rovero et l’architecte paysagiste Christophe Ponceau, co-commissaires de l’exposition, se réjouissent de voir les vingt-six projets d’intervention retenus prendre forme, dans les serres municipales et dans la ville. «Ce n’est pas qu’un exercice utopique, disent-ils. Lausanne Jardins est un véritable laboratoire du végétal en milieu urbain. Les projets présentés peuvent être vus comme autant de propositions innovantes, ou de jardins prototypes.»

Florence Germond, conseillère municipale chargée des Finances et du patrimoine vert, représente la Ville au sein de l’organisation. Elle aussi attend de la manifestation qu’elle soit un incubateur d’idées: «Lausanne Jardins nous rappelle les enjeux liés à l’espace public et la qualité de vie en ville.» Par exemple, l’installation «Pick-up flowers», sur la place de la Riponne, s’inscrira dans le cadre d’une réflexion plus large sur l’avenir de cette «place maudite», et sera l’occasion de tester l’effet apaisant des végétaux sur le trafic. «Pick-up flowers» offrira en effet 600 mètres carrés de champs de fleurs en cueillette libre-service, avec une tirelire à remplir au bon vouloir. Une marque de confiance de la Ville envers tous ses citoyens.

Lausanne Jardins: «Landing» , du 14 juin au 11 octobre 2014. www.lausannejardins.ch