Avez-vous bien troqué vos amis contre des carottes râpées? Tant mieux: vous n’aurez de toute façon plus besoin de ces derniers tant que la presse féminine sera là pour vous faire bénéficier de ses conseils bienveillants et professionnels, toujours à vos côtés le long de ce conte philosophique qu’est la vie, vers la quête de sens mais surtout vers celle des «BELLES FESSES», gage d'«UNE SILHOUETTE DE RÊVE». Le rêve de qui? On ne sait plus, mais à ce stade, peu importe.

Moyennant 9 francs (!), le magazine Féminin Santé nous promet en couverture de son numéro d’août-septembre deux prouesses pour le prix d’une: être «MINCE POUR LA RENTRÉE!» (c’est après-demain et ça sent le pacte faustien à 8 kilomètres, mais garanti sans arnaque) et «DES FESSES FERMES ET GALBÉES!» – grâce à son «DOSSIER SPÉCIAL» sur dix pages. En quoi ces dix pages ont quoi que ce soit à voir avec la santé des lectrices de Féminin Santé? Rien. Allons-y toutefois gaiement.

Deux mois que vous essayez de vous montrer drôle et spirituelle auprès de l’élu.e de votre cœur? Arrêtez votre cirque, rentrez le ventre et sortez les fesses, nous conseille Féminin Santé, il n’y a que ça qui marche. Comment pensez-vous qu’Yseult ait véritablement séduit Tristan? «Les fesses se révèlent déterminantes dans la phase de séduction. […] Du point de vue des hommes, les fesses des femmes sont un atout de séduction légèrement plus important que leur poitrine (84% contre 80%)» [soit 164% d’un groupe indéterminé]. «Cet atout charme demeure l’une des principales parties regardées chez une femme lors de la première rencontre […]. Un joli booty ferait succomber une personne sur trois» (selon une vague étude réalisée par… une marque de jeans).

Que faire de cette non-information? ̶S̶e̶ ̶f̶r̶a̶p̶p̶e̶r̶ ̶l̶a̶ ̶t̶ê̶t̶e̶ ̶c̶o̶n̶t̶r̶e̶ ̶l̶e̶s̶ ̶m̶u̶r̶s̶ Mettre en place «UN PLAN D’ACTIONS ANTICELLULITE», p. 120, pour que vous, détentrice d’un fessier floppy «aux capitons disgracieux qui alourdissent votre silhouette», puissiez enfin sortir de la cave! C’est pour votre bien, on vous dit: «Il faut lutter au quotidien sur plusieurs fronts […] On le sait, il faut souffrir pour être belle.» Arrêtez de fuir vos responsabilités: c’est quand même pour ça que vous êtes là.

On retrouvera sans surprise les mêmes exercices de gym réchauffés au point d’être carbonisés, qu’aucune lectrice ayant une vie vaguement digne d’intérêt ne fera de son plein gré plus de deux jours d’affilée, ainsi que les «sept aliments stars» qui peuplent nos cauchemars depuis que la presse féminine existe: on espère de tout cœur à celles qui sont passées à un régime exclusif d’oignon cru, de chou et de poivron qu’elles sont satisfaites du résultat et vivent sereinement les effets secondaires.

De toute façon, «le plus important est de masser les zones sinistrées» (les survivants des récentes catastrophes naturelles apprécieront au moins autant que les lectrices la métaphore) à l’aide du palpé-roulé. Alternative «bien-être» pour se chouchouter un coup tout en douceur: «le triple choc thermique chaud, froid, chaud», qui vous permettra, ô joie, de «vous affiner sans chirurgie» grâce à la «lipocryolyse» (entre 200 et 400 euros par séance, p. 95).

Et parce que les conseils d’amis ne sont pas l’apanage de Féminin Santé, le magazine Healthy Fit nous offre lui aussi une option réconfort pour un été «fit et fun» avec ses bons plans joie de vivre: non, non et non, «pas de frustration! […] Si on a envie d’un burger le mercredi à midi ou le week-end, pourquoi pas» (attention, pas le lundi). Toutefois, «le soir, essayez d’ingérer des aliments nécessitant un minimum de mastication, comme le gaspacho». Ou mieux encore: l’eau.

Tous s’accordent sur un point: vos problèmes sont dans votre tête, lâchez prise, bordel!


Les précédentes chroniques: 

Explorez le contenu du dossier