Susciter l’empathie. Voilà peut-être la meilleure stratégie pour réduire significativement les discours haineux en ligne. Pendant plusieurs mois, treize étudiants de l’Ecole polytechnique fédérale de Zurich (ETHZ), sous la direction du professeur de politiques publiques Dominik Hangartner, ont identifié et répondu à 1350 utilisateurs anglophones de Twitter dont les publications étaient racistes ou xénophobes. Les contre-discours, choisis aléatoirement, appelaient à de l’empathie, faisaient de l’humour ou mettaient l’auteur face aux conséquences sociales de sa publication. Résultat? Les discours suscitant l’empathie ont persuadé une partie des auteurs de publications haineuses à changer de comportement: elles ont baissé d’un tiers chez ces derniers, qui ont également supprimé de manière significative plusieurs de leurs tweets haineux.