Même quand il s'agit du bien-être de la planète, le Röstigraben reste le plus fort. Pour preuve, l'action climatique «Licht aus! Für unser Klima», qui demande à la Suisse, à l'Autriche et à l'Allemagne d'éteindre la lumière samedi soir entre 20h et 20h05. Matraquée ces derniers jours par le Blick et la chaîne privée ProSieben, l'action co-menée par le WWF, Greenpeace et Pro Natura n'a eu que très peu d'écho de ce côté de la Sarine. D'ailleurs, le site http://www.lichtaus.ch n'existe qu'en version allemande... Reste que Lausanne, notamment, éteindra sa cathédrale et une trentaine de bâtiments et de sites.

L'idée, en cette «Journée internationale d'action pour le climat», est donc pour chacun, particulier, entreprise ou association, de manifester son inquiétude et sa volonté d'agir face au réchauffement climatique en éteignant les lumières. Ces «cinq minutes d'obscurité citoyenne» pourraient-elles avoir un effet pervers? Non, assurent les ONG environnementales: éteindre et rallumer les ampoules ne demande pas d'énergie supplémentaire. Le geste restera néanmoins symbolique: en France, les sept millions de participants n'ont fait baisser l'utilisation d'énergie que d'un petit pour cent. Enfin, si beaucoup s'y mettent, n'existe-t-il pas un risque de panne? Les experts suisses se sont montrés rassurants mais des experts allemands ont mis en garde contre un éventuel «black-out à l'échelle européenne».

Une chose est sûre: le Palais fédéral ne sera pas de la fête. L'autorisation obtenue fin novembre d'éteindre les illuminations du bâtiment a été retirée jeudi suite à une intervention des services parlementaires, ce qu'a fortement déploré le maire de Berne, Alexander Tschäppät. Ce soir, la place Fédérale ne sera donc qu'à moitié éteinte, banques et sapin de Noël compris...