C’est une envolée de notes cristallines, une ébauche de symphonie venue d’un autre monde, une mélodie presque hypnotique, enregistrée dans la pépinière d’un château landais, parmi plusieurs milliers d’espèces végétales et une roseraie féerique. Un concert parfaitement improbable, que l’on doit à une glycine géante et un parterre de camélias à la floraison exubérante…