Il fallait au moins cela pour oublier la guerre imminente durant quelques heures, un ou deux jours. Il fallait l'histoire vertigineuse d'Elizabeth Smart, 15 ans, qui mercredi a changé pour la seconde fois d'identité intime après un rapt de neuf mois. La jeune fille avait disparu du domicile familial, à Salt Lake City, l'été dernier. Un homme armé d'un couteau s'était introduit, le 5 juin, dans la chambre à coucher qu'elle partageait avec sa sœur et l'avait contrainte à le suivre. Mary Katherine, la cadette, terrorisée, avait fait mine de dormir. Le rapt était d'autant plus surprenant qu'il avait eu lieu au premier étage de la maison. La police a d'abord soupçonné un ouvrier, Richard Ricci, qui avait travaillé dans la villa des Smart. Mais l'homme est mort en août dans la prison où il était détenu pour un autre motif, et il a été innocenté.

Le kidnappeur, en fait, était un prophète. Immanuel, Brian David Mitchell de son vrai nom, a été arrêté mercredi dans une rue de Sandy, banlieue de Salt Lake City. Vêtu d'une longue robe, il marchait avec sa femme, Wanda Barzee, et Elizabeth qui portait un voile blanc sur une perruque grise et des lunettes de soleil.

Mitchell est designer en bijouterie, Wanda pianiste. Ils se sont rencontrés il y a une quinzaine d'années dans le temple mormon qu'ils fréquentaient tous les deux. Et ils se sont mariés, lui quittant sa femme et ses quatre enfants, elle plaquant son époux en emmenant deux fils et une fille. Mitchell avait des visions, il parlait aux anges, et il a fini par se prendre pour le messie. Il s'intéressait aussi d'un peu trop près à la fille de Wanda, Louree, qui est partie à 14 ans rejoindre son père pour échapper au prophète. Les frères aussi ont déserté un foyer familial insupportable, et le couple est tombé dans la dèche. Les anges avaient ordonné à Brian Mitchell de vendre tous ses biens et de vivre dans la pauvreté, ce qu'il a fait, de gîtes en abris, avec Wanda.

Une tente comme prison

Dans sa pérégrination mendiante, celui qui se faisait appeler Immanuel a croisé Lois Smart, la mère d'Elizabeth. Elle lui a donné un peu d'argent et lui a proposé un petit travail dans la villa, pour nettoyer le jardin et changer des tuiles sur le toit. C'était en novembre, il y a deux ans.

Elizabeth ressemble un peu à Louree, la fille échappée de Wanda. Est-ce pour cela que Mitchell s'est introduit en juin dans la villa pour l'enlever? C'est ce que la police pense. Le trio s'est d'abord caché dans les bois, sur la pente au-dessus de Salt Lake City, à trois kilomètres de la maison des Smart. Cette réclusion, sous une tente, a duré trois mois. Puis la nouvelle famille est revenue en ville, dormant dans des abris de fortune, mais aussi, pendant une semaine, dans la maison d'un homme qui était devenu l'ami de Mitchell. Jamais Elizabeth n'a cherché à s'enfuir. Une photo prise l'automne dernier la montre, dans une soirée, parmi d'autres convives, le visage dissimulé par un voile.

La victime renie son identité

Immanuel a emmené ensuite sa femme et l'enfant pour l'hiver en Californie. A San Diego, il a passé six jours en prison pour vandalisme dans une église. Elizabeth a attendu sa libération avec Wanda. Les trois venaient de revenir à Salt Lake City mercredi quand des passants ont reconnu Mitchell, dénoncé par ses fils. Aux policiers accourus en trombe, l'adolescente a dit qu'elle s'appelait Augustine, et que ses lunettes noires dissimulaient ses yeux récemment opérés. Elle a farouchement nié s'appeler Elizabeth Smart. Les agents ont fini par lui passer les menottes pour l'emmener, pendant que le prophète et sa femme étaient arrêtés. Quelques heures plus tard, la jeune fille était de retour dans la villa familiale, souriante, immédiatement installée pour la photo officielle du retour à l'ordre ancien, sur le divan du salon en face de la télévision.

Les Smart sont mormons. Mitchell et Wanda ont été excommuniés de l'église, comme toutes les sectes fondamentalistes qui persistent à penser que la polygamie est un commandement divin. L'Eglise des Saints des derniers jours (son nom officiel) a dû bannir cette pratique sous pression politique et militaire de Washington à la fin du XIXe siècle. Dans l'Utah, l'Etat fondé par les mormons dont Salt Lake City est la capitale, les communautés exclues, elles, n'y ont pas renoncé. Immanuel avait sans doute enlevé Elizabeth Smart pour en faire sa femme.