On peut être à la fois ponctuelle et tardive, flexible et exigeante, localisée et ubiquitaire, la preuve par Li Edelkoort: elle paraît à l’écran à l’heure exacte de notre visio-rendez-vous, et d’entrée de jeu demande l’autorisation d’aller se faire un café. Déjà trois fois déplacé depuis la veille «parce qu’on ne peut pas avoir ce genre de discussion en étant pressé par le temps», notre entretien débutera donc par dix minutes de latence. Face à la webcam, une vaste pièce mansardée, le dossier d’une chaise rustique, des murs blancs traversés de ce qui semble être les colombages d’une maison de campagne. Quelques marches d’escalier mènent à l’encadrement arrondi d’une lourde porte en bois, entre deux étagères dont l’une est vide. Partout, des amas de feuilles imprimées recouvrent de grandes tables; des cartons et des catalogues s’empilent dans un désordre peut-être provisoire.

A lire aussi:La mode au défi de la diversité