Il y a des détails qui ne trompent pas, comme celui de la date de naissance de Georges Simenon. C'était un vendredi 13, au mois de février 1903, mais l'enfant fut enregistré en date du 12 par une mère qui douta toujours de lui. De même, Simenon est-il de Liège, sa ville natale invitée hier à Lausanne pour présenter les festivités liées au centenaire de la naissance du romancier, de Paris, qui assura sa célébrité, des Etats-Unis où il fut heureux en gentleman farmer ou de Suisse où il vécut, selon son fils John, «plus longtemps que partout ailleurs»?

Se riant des frontières, les hommages vont déferler sur toute l'Europe de février à octobre 2003, jusqu'à Londres, qui accueillera une rétrospective des films adaptés de l'oeuvre du romancier. La Cinémathèque suisse en donnera également un solide aperçu au mois de mai à Lausanne, axé sur le personnage de Maigret à l'écran. Sollicitée par Liège, la capitale vaudoise s'est lancée dans une entreprise difficile, la récolte auprès des bouquinistes et des particuliers de documents et d'objets témoignant du parcours lausannois de Simenon. Cette recherche doit nourrir une future exposition à la Bibliothèque municipale. Lausanne s'attache aussi à trouver le bon endroit où poser une plaque commémorative à la mémoire du romancier. Enfin, la manifestation la plus accessible au grand public se tiendra dès le 29 avril au Forum de l'Hôtel de Ville. Liège a en effet décidé de faire le voyage jusqu'à Lausanne pour offrir un aperçu du Simenon belge.

Mais pour ceux qui voudraient découvrir les attaches liégeoises du romancier, le déplacement en Wallonie s'annonce passionnant. Répartie sur 3000 m2, l'exposition «Simenon… un siècle!» propose du 14 février au 28 septembre une mise en relation de Simenon avec d'autres auteurs de son temps. Cette «exposition-spectacle» revendique rigueur scientifique et interactivité dans des décors en trois dimensions. A signaler aussi un circuit pédestre qui offrira notamment une visite de la chambre natale du romancier et du quartier de sa jeunesse.