Affaires intérieures

Liste des choses à faire

Les listes ont à voir avec l’accroissement des responsabilités de chacun; avec la complexité du monde auquel s’adapter; avec la nécessité de traiter de façon régulière la variété des sollicitations qui assaillent les esprits. Ma liste, cette semaine

Trouver de la badiane, mais où? (En étoile, pas en poudre).

Acheter un Que sais-je? sur la nouvelle classification du vivant pour comprendre l’apparentement de l’homme et du champignon.

Prendre rendez-vous pour des leçons de yoga.

Acheter du Potz à la Migros puisque la Coop a supprimé le Vim de ses rayons.

En savoir plus sur ­Ernest Bevin, le ministre des Affaires étrangères du gouvernement travailliste Attlee (1945-1951), qui a dit: «Quand on ouvre une boîte de Pandore, on ne sait jamais combien de chevaux de Troie risquent d’en sortir.»

Raccourcir jupes et robes de 5 cm.

Voter sur la nouvelle Constitution genevoise en faisant semblant de croire qu’elle est bonne. Supporter l’imperfection comme politesse politique. S’y efforcer.

Commander le livre du poète hollandais Cees Nooteboom sur la réunification allemande. Il observe des comportements sociaux, des fragilités émotionnelles ignorées dans la dernière biographie de l’ancien chancelier Helmut Kohl, le réunificateur.

Faire aiguiser les ciseaux pour raccourcir les jupes.

Ecrire à George Clooney pour un projet de pubs antitabac plus créatif que la photo d’un poumon ravagé sur les paquets de cigarettes, comme l’envisage la Nouvelle-Zélande: un spot dans lequel il dit «I am a non-smoker. What else?» Faire l’essai avec lui dans quelques salles de classes d’adolescents du Grand Genève. Associer Nestlé à l’opération dans le cadre d’un partenariat public-privé.

Se procurer un exemplaire du catalogue d’Ikea pour l’Arabie saoudite où les femmes sont éliminées des illustrations. Sujet possible d’une prochaine chronique. Citer la ministre des Affaires étrangères suédoise, très irritée: «Vous ne pouvez pas effacer les femmes de la réalité.»

Acheter un dictionnaire bilingue chat/français pour savoir ce que signifie la crotte déposée sur le tapis du hall d’entrée les jours de pleine lune.

Trouver dans un rayon de 30 km où manger cette délicatesse du Koweït: les lèvres de chameau.

Commander un globe terrestre sur Internet afin de mieux maîtriser physiquement la globalisation car quand on franchit les bornes il n’y a plus de limites. Eviter les globes des marchés aux puces: l’Afrique de l’Ouest y est encore française.

Encadrer le sous-verre roumain trouvé dans un débarras représentant saint Florian, patron des pompiers, des ramoneurs et des marchands de savon. «Oh, saint Florian, épargne ma maison, allumes-en d’autres», disent les Allemands.

Ecouter Tsedenia Gebremarkos-Woldesilassie, rien que pour le nom, dans A Town Called Addis (Abeba). Yeah, sure!

Répondre au lecteur qui m’envoie des flèches empoisonnées à cause d’un désaccord politico-religieux. Ou peut-être ne pas lui répondre.

Envoyer un mot de sympathie à Maria Shriver. Arnold Schwarzenegger, son «cher et pou» (comme dirait Anna ­Gavalda), révèle dans son autobiographie qu’il a fait un enfant il y a quatorze ans à leur femme de ménage. Il dit qu’il le regrette. Demander à l’enfant ce qu’il en pense. «Boulchite!» (dirait Anna Gavalda).

Réfléchir à ça, entendu hier au souper: «Si le mur de Berlin avait passé à Hambourg, John Kennedy aurait dû dire «Ich bin ein Hamburger.» Boulchite?

Visiter Venice (Macau, Chine du Sud), une ville de 30 m2 entourée de réalité.

Eviter une liste trop longue, elle se retrouverait dans la pile des choses à faire qui ne sont jamais faites.

Trouver dans un rayon de 30 km où manger cette délicatesse du Koweït: les lèvres de chameau

Publicité