Si la sexualité est qualifiée de langage universel, rien d’étonnant à ce qu’elle se déploie lorsque nous changeons de langue – en vacances, lors de déplacements, y compris sous des formes marchandes… et y compris pour les femmes. Si le tourisme sexuel féminin est médiatisé depuis longtemps, on l’a moins analysé que son pendant masculin. Il révèle pourtant des codes qui ne sont réservés ni à la prostitution, ni au voyage.

Lire aussi: Katmandou, nouvelle capitale du tourisme sexuel