PMA

Louise Brown: «Il faut briser les tabous autour de la fécondation in vitro»

Premier «bébé-éprouvette» à avoir vu le jour, Louise Brown a ouvert la voie à la procréation médicalement assistée. Aujourd’hui, des millions de couples bénéficient de cette technique, pourtant encore relativement stigmatisée

Il y a près de quarante ans, Louise Brown poussait son premier cri et le monde entier, déjà, s’enflammait. Le 25 juillet 1978 naissait ainsi le premier «bébé-éprouvette», et un couple de Bristol de condition modeste accédait par la même occasion au rôle de pionnier, grâce à la technique de fécondation in vitro (FIV) développée par deux médecins britanniques: Robert Edwards et Patrick Steptoe.

Qui se doutait alors que quelques secondes après le premier souffle de ce bébé tant attendu, John et Leslie Brown seraient propulsés au rang de stars, assaillis par des demandes du monde entier. Télévisions, radios, journaux, tabloïds… tous convergeant vers les mêmes objectifs: obtenir une photo, une déclaration, être les premiers à relater l’histoire de ce «miracle», source à la fois de crainte et d’espoir, d’admiration et de critiques.