Lieux communs

C’est à Vrin que l’on trouve le plus grand pourcentage de personnes parlant le romanche, en l’occurrence le dialecte sursilvan: 95,58% selon le recensement 2000. Perché à 1440 mètres d’altitude au fond d’une petite vallée de la Surselva grisonne, le Val Lumnezia, le «val de la lumière», ce village est admirablement préservé et accumule les distinctions. C’est sur le territoire de la commune que se niche la toundra naturelle marécageuse de la Greina. En 1998, Vrin a obtenu le Prix Wakker pour l’intégration des bâtiments agricoles dans le paysage. En 2010, il s’est vu décerner le Prix européen de la rénovation villageoise. Mais ces honneurs patrimoniaux sont trompeurs: ils ne suffisent pas à occulter cette ombre que constitue l’inexorable exode rural auquel les régions périphériques sont confrontées. Entre 1950 et 2011, sa population a chuté de 440 à 250 habitants.