– Sur un bateau pour aller où?

– Au pays imaginaire, à Neverland, avec Peter Pan sur un gros navire qui vole.

– Et sur un pédalo avec qui?

– Serge Gainsbourg qui me susurrerait la chanson L’eau à la bouche: «Ne sois pas trop farouche quand l’eau me vient à la bouche…»

– Votre spécialité à la piscine?

– Les sauveteurs.

– Vos premières larmes par amour?

– Elles devaient être accompagnées de coups de poing ou de coups de boule. Quand je pleure, je suis assez agressive.

– Combien de bains par semaine?

– Quelques ablutions quoti-diennes.

– Votre plus belle odyssée?

– La côte albanaise. Je rentrais en voiture à Genève depuis la Géorgie et je suis tombée sur cette côte complètement sauvage, avec des routes défoncées, plein de plages inaccessibles qu’on aperçoit depuis la route, un hôtel où l’on se prenait des courts-circuits dans la douche: c’était magique!

– Et votre pire costume de bain?

– Un bain de méduses à minuit.

– Votre vie ressemble-t-elle à un verre à moitié vide ou à moitié plein?

– A un verre débordant.

– Les douches froides, à quoi ça sert?

– A calmer les gens qui parlent trop. Comme moi par moments.

– Votre record de ricochets?

– Ils me rappellent Amélie Poulain, donc je n’aime pas cette idée.

– Une saison en eau trouble…

– Cela me fait penser à mes premières lectures de Sartre, l’un des auteurs qui m’a le plus chamboulée et qui m’a fait entrer dans des périodes obscures.

– Un mot avec un e dans l’o?

– Œuforique!

– Qu’entendez-vous quand vous avez la tête sous l’eau?

– Le chant des baleines.

– Qui pour une leçon privée de natation?

– Pamela bien sûr!

– Etes-vous la fille de la mer?

– Etymologiquement oui. Je viens d’apprendre que mon prénom vient de l’arabe Mar et Yam qui signifient mer et goutte d’eau. Je suis donc une goutte d’eau de la mer.

– Est-ce que l’eau est un élément constitutif de votre travail?

– Oui, elle apparaît même dans mon adresse mail: souslapluie@… Dans mon travail, je conçois la mer comme un espace non balisé. Dans Mille Plateaux, Deleuze la décrit comme un lieu des trajectoires libres. J’aime cette citation. Car, même s’il existe des routes précises pour les bateaux, la mer reste un territoire qui n’est pas fait pour l’homme, qui évoque le vagabondage, l’errance.

– Sticks de poisson ou caviar?

– Caviar en stick. C’est horrible, j’adore le caviar, cela fait longtemps que je n’en ai plus mangé.

– A quoi servent les jacuzzis?

– A faire de belles rencontres dans de belles villas dans une belle ville imaginaire. Pour moi, c’est le fantasme d’une vie luxueuse.

– Aujourd’hui, qui sont les sirènes que nous n’entendons pas?

– Je pense que les sirènes sont en voie d’extinction.

– Pour qui était votre dernier mollard?

– Pour un moustique que je me suis pris à vélo et que j’ai recraché.

– Quelle boisson pour accompagner votre dernier repas?

– Oh! la la! c’est triste… Comme je ne bois pas d’alcool, je dirais un cocktail avec tous les fruits de la planète.

– Tant va la cruche à l’eau…

– qu’elle déborde, comme le verre…

Artiste. Vit et travaille à Genève. Présente Vengeance aux deux visages à la Galerie Skopia, Genève