Le marasme radiographié sur douze colonnes. Comme si elle voulait montrer qu'elle n'est pas la seule à se démener dans une situation difficile, la rédaction du Monde a publié, dans son édition de mercredi, une double page qui laisse peu de doutes sur la situation de la presse quotidienne en France. La «crise» est «profonde», titrait le quotidien du soir. L'opération n'épargne personne, pas même Le Monde, qui cumule 50 millions d'euros de perte sur trois ans, et dont la rédaction sera délestée de 90 emplois sur 740 dont 35 journalistes, selon ce que prévoit sa direction. Le Parisien subira également des départs, écrit Le Monde, pendant que Libération continue sa quête d'un actionnaire désireux d'acquérir 30% du capital de l'entreprise contre un apport de 25 millions d'euros «afin de restructurer la dette et de financer les développements indispensables au journal», a confirmé le quotidien de gauche dans un communiqué visant à étayer l'article du Monde.

Basée sur les dernières enquêtes chiffrées, la double page montre que l'audience de la presse nationale, entre 1997 et 2003, a perdu 12%, soit 800 000 lecteurs. Conjointement, elle s'accaparait une part des recettes publicitaires toujours plus congrue dans l'ensemble de la presse, passant de 10% à 8,1%. La diffusion payée est revenue au niveau de 1993. Entre juillet 2002 et juin 2004, Le Monde a subi la plus grosse chute avec 4,26% à 337 712 exemplaires, Le Figaro (-1,75% à 334 749 ex.), Libération (-0,03% à 149 218 ex.) et France Soir (-3,92% à 67 506 ex.) ont suivi la même tendance. D'autres titres s'en sont mieux sortis pendant la même période: La Croix (+3,63% pour 95 086 ex.), Les Echos (+0,49% pour 116 359 ex.), Aujourd'hui en France (+1,96% pour 150 150 788 ex.) et surtout L'Equipe (+11,65% pour 347 942 ex.).

Cette avalanche de chiffres dresse-t-elle une image fidèle du panorama actuel de la presse française? Plusieurs titres semblent le contester et ont publié des réponses visant à éclaircir les couleurs bien noires du tableau dressé par le quotidien du soir. La précision de ces réponses tient cependant plus du pointillisme que de la correction radicale. Dans son communiqué, la direction de Libération a écrit que, concernant le nombre de lecteurs, les chiffres pris en compte (–100 000) incluent la période qui a suivi septembre 2001, particulièrement favorable à la vente en kiosque. Sur la dernière année, son audience a progressé de 1% contre une chute de 4% au Monde.

La réplique du Figaro a pris la forme d'un article publié hier sous le titre «Le Monde se livre à une radioscopie». On y apprenait que, selon une source syndicale, les dix plus hauts salaires du journal ont augmenté de 25% depuis 1999 alors que les effectifs passaient de 764 à 740 salariés. Les syndicats voient dans l'accroissement de l'appareil dirigeant (35 directeurs et cadres dans l'entreprise, 90 personnes bénéficiant d'une prime de hiérarchie dans le quotidien) la source des maux du Monde. Edwy Plenel, directeur de la rédaction, dans un exposé fait le 18 juin dernier, affirme que c'est «en marquant davantage les deux espaces de lecture (du Monde): information en première partie, découvertes, intimité, réflexion en seconde partie» que le redressement s'opérera. Edwy Plenel confirme en fin d'article que, selon lui, Le Figaro a dépassé Le Monde comme premier quotidien généraliste de France.

Ces mots ont dû faire naître un sourire de satisfaction chez les nouveaux responsables du quotidien conservateur. Depuis juillet, l'avionneur Serge Dassault est le propriétaire de la Socpresse, société éditrice du journal. Jeudi, il a placé ses hommes aux postes clés de la rédaction et écarté Yves de Chaisemartin de la vice-présidence de la Socpresse. Nicolas Beytout (Les Echos) remplace Jean de Belot à la direction du Figaro. La société Figaro SA est désormais dirigée par François Morel à la place de Michel Senamaud. Lors de ce qui devrait être une de ses dernières déclarations comme vice-directeur de la Socpresse, Yves de Chaisemartin a annoncé que le groupe allait lancer un journal gratuit destiné à contrer Metro et 20 Minutes.