Ce dimanche, la messe qui d’habitude remplit la cathédrale de Mexico s’est déroulée à huis clos. Prenant une nouvelle série de mesures pour contenir l’épidémie de grippe porcine, les autorités ont décidé de fermer tous les lieux susceptibles d’abriter un rassemblement. Le culte dominical s’est donc déroulé sans fidèles, comme les deux rencontres de première division de football. La fermeture des établissements scolaires et universitaires, qui concerne aussi les Etats de Mexico et de San Luis Potosi, a été prolongée jusqu’au 6 mai.

Ce week-end, la capitale mexicaine, d’habitude très animée, semblait déserte. Les bars et restaurants du centre-ville ont vu leur clientèle réduite de moitié. La population locale est restée chez elle alors que les touristes, désemparés, ne savaient plus que faire: les musées sont fermés, concerts et festivals ont été annulés. Au Mexique, où s’est déclenchée l’épidémie, trois foyers ont été identifiés à Mexico, à San Luis Potosi (centre), et à Mexicali, à la frontière avec les Etats-Unis.

Plus de 80 décès recensés

Le ministre de la Santé, José Angel Cordova, a annoncé que 81 décès suspects ont été recensés, dont 20 pour lesquels le lien avec la grippe porcine a été confirmé. Sur les 1324 malades sous surveillance, 929 ont pu rentrer chez eux. Les autorités, pour l’instant, distribuent des masques chirurgicaux et recommandent des mesures prophylactiques, comme le lavage fréquent des mains. Une précaution élémentaire qui sera difficile à mettre en œuvre du 1er au 4 mai, des coupures d’eau étant prévues de longue date dans la capitale. Le président Felipe Calderon a décidé samedi de durcir les mesures prises contre la contagion, en autorisant l’isolement des patients et en autorisant les autorités à pénétrer «dans tout local» ou domicile, afin d’effectuer des contrôles sanitaires.