«A l’instant où je me suis assise sur cette autoroute, je me suis sentie totalement à ma place.» A 57 ans, Pascale Berlincourt n’a pas le profil d’une militante jusqu’au-boutiste, prête à tout pour défendre les causes qu’elle croit justes. Et pourtant, cette infirmière spécialisée en psychiatrie, mère de trois enfants et grand-mère depuis six ans, a fait de la lutte contre le dérèglement climatique une priorité. Quitte à mettre sa vie en danger.