«En juin, j’étais vraiment en vacances, je ne me levais pas avant midi. Mais ces jours-ci, je me réveille à 7 heures. Je quitte l’appartement de Brooklyn où je vis avec ma mère et je prends le métro pour Manhattan et le camp où je suis monitrice de natation pour des enfants de 3 à 11 ans. La piscine est dehors. Heureusement, car il fait très chaud! Ça peut monter jusqu’à 38°C, mais bon, il fait plutôt 29°, avec de gros orages qui passent très vite. A 5 heures, je rentre à la maison pour dîner. Je surfe, je regarde la télé ou je bouquine.

La plupart de mes amis ne partent pas non plus. De toute façon j’adore l’été new-yorkais. Il y a des milliers de choses gratuites à faire, c’est génial! Quand on est étudiante, on ne veut pas dépenser trop d’argent, et il faut connaître les endroits pas chers! Récemment, je suis allée écouter The Heavy et Andrew Bird gratuitement. On va aussi voir des films en plein air dans les parcs. Pour manger pas cher, je vais à «Two Bros Pizza», la tranche de pizza new-yorkaise n’y coûte qu’un dollar. J’aime aussi «North Dumpling» à Chinatown, qui fait cinq raviolis frits pour un dollar. J’adore Chinatown, son énergie, ça grouille de monde.

Avec mes amis, on est allés voir les feux d’artifice célébrant le début de l’été à Coney Island, tout au sud de Brooklyn. Il y a la plage et un parc d’attractions, mais on ne s’est pas vraiment baigné, l’eau est trop sale et froide. Sinon, on joue au «Ultimate freesbee». C’est un mélange de football américain et de basket qui est unique à cause de son spirit of the game. Ça veut dire que ce qui compte le plus, ce n’est pas la compétition mais de s’amuser en jouant.Je travaille dans le camp jusqu’au 26 août. Et le 27, je serai de retour à Bard College, près des Catskills, où j’étudie la littérature française depuis l’année dernière. J’ai hâte.»