Le 25 novembre 1970, Yukio Mishima se rend au Ministère des armées avec quatre jeunes disciples de la «société du bouclier», un groupe armé ayant juré fidélité à l’empereur. Il prend en otage le général des forces d’autodéfense et tient devant les troupes un discours empreint de nationalisme. Puis il se retire sous les huées des soldats et se donne la mort par seppuku, c’est-à-dire par éviscération au sabre. A 45 ans, il laisse une œuvre empreinte de sadomasochisme, où son homosexualité est manifeste.