On l’accusera peut-être de manquer de légèreté. Mélody Thomas s’en fiche. Pour parler de vêtements et de l’industrie de la mode, cette journaliste française s’en remet volontiers à la penseuse et militante américaine noire bell hooks ou à la philosophe française Camille Froidevaux-Metterie, spécialiste du corps féminin. Mais elle évoque aussi le premier boulot de Kim Kardashian comme assistante de Paris Hilton et la tante Lydia de la série Handmaid’s Tale. Autant de références qui traversent son premier livre, La mode est politique. Plus qu’un titre, un mantra.