Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire
«Un pseudo peut cacher n'importe qui – Soyez vigilants sur internet»: image tirée d'une campagne d'Action Innocence, Association pour la protection de l'enfance contre toute exploitation et violence sexuelle.

Société

«Dans le monde du numérique, les parents oublient d’être des modèles»

L’enlèvement du jeune garçon suisse qui avait chatté avec un homme via un jeu en ligne, agit comme une piqûre de rappel sur les risques du virtuel

Dans la nuit de samedi à dimanche, soulagement général: les policiers allemands retrouvaient Paul, 12 ans, disparu neuf jours plus tôt de son domicile soleurois, dans l’appartement d’un homme de 35 ans à Düsseldorf. Le petit garçon avait fait sa connaissance via un jeu en ligne et conversé avec lui pendant près d’un mois. Si le dénouement de l’affaire est relativement heureux, celle-ci relance le débat sur les dangers du cyber-espace. Comment expliquer que de telles situations se produisent encore? Réponses de Tiziana Bellucci, directrice générale de l'organisation Action Innocence.

Le Temps : L'affaire du petit Paul:  drame unique ou cas fréquent ?

Tiziana Bellucci : Cette histoire est un peu comme le réveil d’un mauvais cauchemar. Les gens se disent «tiens, ça existe encore», comme s’il fallait un drame pareil pour que la population réalise les dangers du numérique. Mais il ne faut pas l’oublier, les cas sont encore nombreux, même s’ils ne finissent pas tous par «le pire», par une rencontre physique. Une mauvaise rencontre reste une mauvaise rencontre, même si elle ne sort pas du monde numérique.

- Qu’est-ce qui peut pousser un enfant comme Paul à se lier d’amitié avec un inconnu sur Internet?

- Des enfants qui s’investissent autant dans un jeu peuvent être en train de vivre un moment difficile: un déménagement, un divorce, un échec scolaire… Ils vont chercher à se réfugier dans le jeu, y trouver du réconfort ou poser des questions à des inconnus sur un forum, par exemple. Ces enfants et adolescents sont vulnérables car ils veulent pouvoir faire confiance: une jeune fille va vouloir croire que ce garçon en ligne est amoureux d’elle, un garçon va vouloir croire que cet ami le trouve bon joueur.

Lire aussi: Du théâtre pour prévenir le cyber harcèlement entre jeunes

- Malgré toutes les campagnes et les préventions, ce genre d’histoires arrive encore régulièrement. Pourquoi?

- Tout le monde est équipé et connecté en permanence, avec un smartphone ou une tablette constamment dans la poche. A commencer par les parents, qui sont eux-mêmes utilisateurs: ils prennent des photos, discutent sur des chats, des sites de rencontres... Or, ils oublient parfois qu’ils sont des modèles pour leurs enfants, qui vont reproduire ces usages. Comment dire à un enfant de ne pas partager sa vie privée sur le net si on est toujours en train de le photographier et de partager les images sur les réseaux sociaux ?

Lire aussi: Smartphone à l’école: faut-il le bannir ou s’en servir?

En outre, il y a une vraie méconnaissance, une incompréhension des parents quant aux usages numériques des plus jeunes. Ils pensent, à tort, savoir ce qui se passe sur les écrans de leurs enfants et les laissent les manipuler en toute autonomie, sans se poser de questions. Il n’y a plus de fossé générationnel mais bien un fossé d’usage. Et le paradoxe, c’est que dès qu’ils sortent le soir, les ados auront le droit aux bonnes vieilles recommandations: «Ne fume pas, ne bois pas, etc.»

- Alors, comment éviter que de pareilles mésaventures se produisent?

- Dans le cas des jeux, il ne faut pas simplement regarder la norme d’âge limite, mais aussi s’intéresser à ce qu’il permet de faire. Bien souvent, les jeux comme Minecraft permettent de jouer et chatter à plusieurs, en réseau. L’enfant s’investit-il beaucoup dans ce jeu? A qui parle-t-il? Le fait de le voir se plonger des heures durant devrait être une alerte pour les parents, et une source de questionnements.

Plus généralement, on ne peut plus envisager l’éducation d’un enfant sans aborder le numérique, comme on aborde la sexualité. Un dialogue doit être initié tôt avec l’enfant sur les dangers du web. Or, ces notions sont encore trop peu intégrées.

Publicité
Publicité

La dernière vidéo société

Alain Petitmermet: «J'ai vu cinq fois des gens passer sous ma locomotive»

Le mécanicien de locomotive a vécu en vingt ans de carrière entre cinq et six suicides. Il a dû abandonner le métier durant plusieurs années, avant d'y revenir avec une foi chrétienne grandissante, au point de vouloir y consacrer un livre

Alain Petitmermet: «J'ai vu cinq fois des gens passer sous ma locomotive»

n/a