«Le goût de notre époque à s’ensauvager dans la nature est savoureux à observer. Des milliers de personnes épuisées, éprouvées, sur-civilisées, commencent à comprendre qu’aller dans les montagnes, c’est rentrer chez soi.»