L’été sur les rails (3/4)

Montagnes russes sur chemins de fer rhétiques

Reliant les Grisons à l’Italie, le Bernina Express démarre à 584 mètres d’altitude pour atteindre un col perché à 2253 mètres. Récit d’un trajet sur rails qui tutoie le ciel

A quoi bon prendre l’avion quand les trains suisses offrent de si spectaculaires options? Cet été, «Le Temps» vous propose des trajets méconnus ou oubliés des Romands pour pimenter votre été.

Episodes précédents:

Les Grisons. Il faudrait sans doute des semaines pour en découvrir les multiples facettes, en forer les esprits pour en extraire quelques histoires, s’y user les semelles afin d’explorer ses reliefs. Ces semaines, on ne les a pas toujours, alors heureusement… il reste le train. Le Bernina Express relie Coire à Tirano (IT) en empruntant un tronçon ferroviaire inscrit au patrimoine mondial de l’Unesco depuis 2008. Bien qu’il soit très prisé des touristes, sa situation éloignée de la Romandie n’en fait pas celui auquel on songe en premier lieu. Une raison de plus d’embarquer avec nous pour 152 kilomètres spectaculaires!

Le turquoise de l’Albula

«Des glaciers aux palmiers», disent-ils. Allons vérifier. 8h32 en gare de Coire, le petit train rouge se met en branle. Calé au fond de son siège, un gamin termine son croissant saupoudré de sucre glace, petite neige sur son pull bleu. En verra-t-on, de la poudreuse? Le «trenino rosso», comme le surnomment les Italiens, pénètre d’abord la vallée de Domleschg, que le soleil n’a pas encore atteinte. On aperçoit les vestiges de tours de garde enrobées de brume, nichées sur quelques excroissances rocheuses.

Lire aussi: Lire, voyager, continuer

Le train dépasse la ville de Thusis pour rejoindre la vallée de l’Albula, rivière qui dévoile son éclat turquoise peu après le viaduc de Solis, haut de 89 mètres. A la vue vertigineuse de cet éclair bleu tranchant la pierre sombre en contrebas, les corps se réveillent après avoir digéré une petite nusstorte, les smartphones émergent des poches, et les onomatopées des bouches. Même mes voisins, une famille néo-zélandaise, en ont le souffle coupé.

La blanche que l’on n’attendait plus

Le long viaduc de Landwasser annonce l’ultime portion du trajet dans la vallée de l’Albula et ses hameaux qui fleurissent sur la pelouse alpine, herbe tendre piquée de pétales jaunes et mauves. J’aimerais sauter du wagon pour y courir. Près de deux heures après le trajet, on nous annonce «l’ascension», qui débute réellement après Bergün, village lové au pied de l’imposant Piz Ela (3339 mètres) coiffé d’un chapeau nuageux.

Et puis ça devient sérieux. Les hauts sommets se succèdent, on prie pour apercevoir un bouquetin… mais je n’en verrai que sur le chariot des boissons. En peluche. Le Bernina Express émerge finalement de l’autre côté du tunnel de l’Albula sur la région de la Haute-Engadine. Et là, au loin: la neige!

Un salut aux 4000 avant le plongeon vers l’Italie

Les wagons rouges approchent le Piz Bernina, qui s’élève dans un ciel sans nuages. Son glacier s’étire puis se liquéfie, devient torrent qui manque d’éclabousser les vitres lorsqu’il surgit à côté du train. On aimerait appuyer sur pause. Quelques vaches et cabanes d’alpage meublent l’étendue verte, rocailleuse, à travers laquelle nous progressons pour atteindre le point culminant du voyage à l’Ospizio Bernina. Le sombre Lago Nero s’étend devant nos yeux; ses eaux rejoindront la mer Noire tandis que, juste après, celles du «Lago Bianco», d’un bleu laiteux, chemineront jusqu’à l’Adriatique.

Lire aussi: Et voici «New Andermatt»

Le train marque une pause à l’«Alp Grüm» face au glacier du Piz Palü (3905 mètres) et c’est le début de la descente vers le Val Poschiavo… Le début de la faim, aussi: quatre Américains ont sorti un pot de beurre de cacahuètes, dont ils tartinent allègrement leur pain à mesure que le train quitte les hauteurs pour replonger dans les conifères. Dernière attraction de cette épopée, le viaduc hélicoïdal de Brusio: le train tourne sur lui-même avant de glisser définitivement vers Tirano où, pour se remettre de tout ça, on prendra bien une lampée de gelato à l’ombre d’un palmier (oui, c’était bien vrai).

Publicité